Vous êtes ici :   Accueil » Flux TIC Algérie - El Watan Multimedia
 
 
Bon à savoir
Calendrier
Quiz
QCM simple
Conjugaison
Etes-vous incollable en conjugaison ?
Quizz à réponses multiples
Calcul mental
Avez-vous de bons réflexes ?
Elabweb PageRank

PageRank service www.visual-pagerank.net/

Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
56Ng
Recopier le code :
474 Abonnés
Visites

 677646 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Flux TIC Algérie - El Watan Multimedia

El Watan - Multimédia


Un Salon dédié aux technologies mobiles  Voir?

Le 1er Salon des technologies mobiles «MMEXPO 2018» (Maghreb Mobile Expo 2018) se tiendra du 21 au 23 février au palais de la Culture et verra la participation de plus d’une cinquantaine d’exposants spécialisés dans les nouvelles technologies. Les organisateurs de cet événement, Be Smart Services, ambitionnent d’en faire «un carrefour incontournable afin de créer une dynamique entre les différents intervenants (fabricants de smartphones et de tablettes, opérateurs télécoms, développeurs de solutions mobile, etc). Faciliter l’échange et le partenariat, faire la promotion des produits ‘‘Made in Algeria’’ pour créer un canal de transfert de technologie, et encourager les nouveaux talents algériens (start-up)». Au-delà de ses objectifs économiques, le Maghreb Mobile Expo 2018 a d’autres intérêts, notamment scientifiques et culturels. Cet événement international est soutenu par le ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, de l’Agence nationale de promotion et du développement des parcs technologiques, ainsi que par les opérateurs de téléphonie mobile, des banques, des assurances, des constructeurs de smartphones, etc. D’ailleurs, en marge du Salon, se tiendront des conférences sur des thèmes d’actualité au cœur des changements du numérique en Algérie. En effet, une des thématiques concerne la «Transformation numérique» et son développement profond afin d’accélérer les activités commerciales, les processus pour tirer pleinement parti des changements et des opportunités des technologies numériques. Une autre conférence traitera du «M-Learning», le Mobile Learning est une formation e-Learning adaptée aux usages mobiles des apprenants. Il est apparu récemment et permet de délivrer des formations à distance sur d’autres supports que les ordinateurs. Ainsi que le «M-Finance» qui se donnera pour objectif de traiter le M- payment et le E- payment, qui sont aujourd’hui des moyens de financement à part entière. Ils contribuent d’une manière significative au développement micro et macro-économique. Par ailleurs, au programme il y aura des workshops, un programme de concours mis en place pour les start-up, qui récompensera les plus méritants. Il y aura également une importante participation des universités et des instituts spécialisés (INTTIC, ENPTIC) qui participent avec leurs clubs scientifiques, les associations estudiantines, telles que l’association El Maârifa scientific association initiateur du projet Alger Smart City. La particularité de l’événement est l’introduction d’un pavillon dédié au «Gaming», un espace totalement réservé aux jeux vidéo pour l’aspect technologique qu’il comporte, l’entreprise Cosoft fera découvrir aux visiteurs les dernières innovations en matière de jeux vidéo.

Lire la suite Lire la suite

Un Salon dédié aux technologies mobiles  Voir?

Le 1er Salon des technologies mobiles «MMEXPO 2018» (Maghreb Mobile Expo 2018) se tiendra du 21 au 23 février au palais de la Culture et verra la participation de plus d’une cinquantaine d’exposants spécialisés dans les nouvelles technologies. Les organisateurs de cet événement, Be Smart Services, ambitionnent d’en faire «un carrefour incontournable afin de créer une dynamique entre les différents intervenants (fabricants de smartphones et de tablettes, opérateurs télécoms, développeurs de solutions mobile, etc). Faciliter l’échange et le partenariat, faire la promotion des produits ‘‘Made in Algeria’’ pour créer un canal de transfert de technologie, et encourager les nouveaux talents algériens (start-up)». Au-delà de ses objectifs économiques, le Maghreb Mobile Expo 2018 a d’autres intérêts, notamment scientifiques et culturels. Cet événement international est soutenu par le ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, de l’Agence nationale de promotion et du développement des parcs technologiques, ainsi que par les opérateurs de téléphonie mobile, des banques, des assurances, des constructeurs de smartphones, etc. D’ailleurs, en marge du Salon, se tiendront des conférences sur des thèmes d’actualité au cœur des changements du numérique en Algérie. En effet, une des thématiques concerne la «Transformation numérique» et son développement profond afin d’accélérer les activités commerciales, les processus pour tirer pleinement parti des changements et des opportunités des technologies numériques. Une autre conférence traitera du «M-Learning», le Mobile Learning est une formation e-Learning adaptée aux usages mobiles des apprenants. Il est apparu récemment et permet de délivrer des formations à distance sur d’autres supports que les ordinateurs. Ainsi que le «M-Finance» qui se donnera pour objectif de traiter le M- payment et le E- payment, qui sont aujourd’hui des moyens de financement à part entière. Ils contribuent d’une manière significative au développement micro et macro-économique. Par ailleurs, au programme il y aura des workshops, un programme de concours mis en place pour les start-up, qui récompensera les plus méritants. Il y aura également une importante participation des universités et des instituts spécialisés (INTTIC, ENPTIC) qui participent avec leurs clubs scientifiques, les associations estudiantines, telles que l’association El Maârifa scientific association initiateur du projet Alger Smart City. La particularité de l’événement est l’introduction d’un pavillon dédié au «Gaming», un espace totalement réservé aux jeux vidéo pour l’aspect technologique qu’il comporte, l’entreprise Cosoft fera découvrir aux visiteurs les dernières innovations en matière de jeux vidéo.

Fermer Fermer

(14/02/2018 - 12:00)

Wiko veut être dans «le Top 3 des ventes»  Voir?

Wiko Algérie a annoncé, dimanche dernier, à la résidence du consul de France, un site qui représente le rapprochement culturel entre les deux pays, le lancement de sa première usine africaine d’assemblage de smartphones en Algérie. L’entreprise a saisi cette occasion pour présenter sa nouvelle gamme de smartphones assemblés et commercialisés en Algérie. Fidèle à son identité de marque iconoclaste, Wiko a choisi de marquer le renforcement de sa présence dans notre pays à travers un événement inédit mêlant hi-tech, design et culture. Pour relever ce défi, Wiko s’est associé à Sacomi Electronics pour répondre à la fois aux critères d’assemblage en SKD demandés par le gouvernement, aux normes de qualité internationales et à ses propres cahiers des charges pour assurer l’assemblage de smartphones de qualité répondant aux normes internationales. L’usine est installée dans la zone d’activité El Achour qui fabriquait des téléviseurs Thomson. Des extensions ont été effectuées pour fabriquer des smartphones avec une gamme de 10 modèles : 3 modèles en 3G et le reste en 4 G, dont les modèles View. Des smartphones séduisants qui devraient ravir ceux voulant un nouveau téléphone efficace et peu coûteux avec un écran de 5,7 pouces sous un format 18 : 9 qui offre l’impression d’un écran borderless. Sacomi, master distributeur de la marque Wiko, fera ainsi l’assemblage des smartphones. Ahmed Miliani Thiba, directeur général de Sacomi, a souligné : «Il n’y a pas le taux d’intégration demandé par les autorités, on a une valeur estimée autour de 25% et qui va augmenter avec le temps. Notre relation avec Wiko, ce n’est pas de la sous-traitance, c’est un partenariat complet.   Tout peut se faire en Algérie, à part les dalles et les composants électroniques.» Pourquoi la marque a attendu 2018 pour venir investir  ? Didier Carmeille, directeur général de Wiko Moyen-Orient et Afrique du Nord, répond avec lucidité : «Il fallait avoir le bon partenaire pour pouvoir le faire, on a fait un appel d’offres pour sélectionner le meilleur, et on est très fiers d’être avec Ahmed Miliani-Thiba. Il fallait avoir le bon modèle économique pour pouvoir le faire et le bon transfert de savoir-faire. C’est arrivé au bon moment, l’année 2017 a été une année de transition, comme c’est le cas de l’ensemble des acteurs de la téléphonie.» A la fin de 2016, Wiko était dans le Top 3. Le but affiché est d’être à la fin 2018 dans le Top 3 «une nouvelle fois et de façon durable.» Il dira aussi : «L’ambition que nous avons ensemble est d’avoir définitivement mis en place une production qui va répondre au marché, on a un outil qui nous permet de faire un million de smartphones par an. On saura faire plus avec plus d’intégration. Les téléphones sont assemblés sous les mêmes critères qui existent dans le monde.» Il faut savoir aussi que depuis le 1er février 2018, le service après-vente de Wiko s’est doté de 20 points de collecte sur tout le territoire.  

Lire la suite Lire la suite

Wiko veut être dans «le Top 3 des ventes»  Voir?

Wiko Algérie a annoncé, dimanche dernier, à la résidence du consul de France, un site qui représente le rapprochement culturel entre les deux pays, le lancement de sa première usine africaine d’assemblage de smartphones en Algérie. L’entreprise a saisi cette occasion pour présenter sa nouvelle gamme de smartphones assemblés et commercialisés en Algérie. Fidèle à son identité de marque iconoclaste, Wiko a choisi de marquer le renforcement de sa présence dans notre pays à travers un événement inédit mêlant hi-tech, design et culture. Pour relever ce défi, Wiko s’est associé à Sacomi Electronics pour répondre à la fois aux critères d’assemblage en SKD demandés par le gouvernement, aux normes de qualité internationales et à ses propres cahiers des charges pour assurer l’assemblage de smartphones de qualité répondant aux normes internationales. L’usine est installée dans la zone d’activité El Achour qui fabriquait des téléviseurs Thomson. Des extensions ont été effectuées pour fabriquer des smartphones avec une gamme de 10 modèles : 3 modèles en 3G et le reste en 4 G, dont les modèles View. Des smartphones séduisants qui devraient ravir ceux voulant un nouveau téléphone efficace et peu coûteux avec un écran de 5,7 pouces sous un format 18 : 9 qui offre l’impression d’un écran borderless. Sacomi, master distributeur de la marque Wiko, fera ainsi l’assemblage des smartphones. Ahmed Miliani Thiba, directeur général de Sacomi, a souligné : «Il n’y a pas le taux d’intégration demandé par les autorités, on a une valeur estimée autour de 25% et qui va augmenter avec le temps. Notre relation avec Wiko, ce n’est pas de la sous-traitance, c’est un partenariat complet.   Tout peut se faire en Algérie, à part les dalles et les composants électroniques.» Pourquoi la marque a attendu 2018 pour venir investir  ? Didier Carmeille, directeur général de Wiko Moyen-Orient et Afrique du Nord, répond avec lucidité : «Il fallait avoir le bon partenaire pour pouvoir le faire, on a fait un appel d’offres pour sélectionner le meilleur, et on est très fiers d’être avec Ahmed Miliani-Thiba. Il fallait avoir le bon modèle économique pour pouvoir le faire et le bon transfert de savoir-faire. C’est arrivé au bon moment, l’année 2017 a été une année de transition, comme c’est le cas de l’ensemble des acteurs de la téléphonie.» A la fin de 2016, Wiko était dans le Top 3. Le but affiché est d’être à la fin 2018 dans le Top 3 «une nouvelle fois et de façon durable.» Il dira aussi : «L’ambition que nous avons ensemble est d’avoir définitivement mis en place une production qui va répondre au marché, on a un outil qui nous permet de faire un million de smartphones par an. On saura faire plus avec plus d’intégration. Les téléphones sont assemblés sous les mêmes critères qui existent dans le monde.» Il faut savoir aussi que depuis le 1er février 2018, le service après-vente de Wiko s’est doté de 20 points de collecte sur tout le territoire.  

Fermer Fermer

(13/02/2018 - 12:00)

Les «influenceurs» et la destination Algérie  Voir?

Il a gravi l’Everest, terminé le Dakar à moto et traversé la planète à la voile. Charles Hedrich (60 ans) est un homme de défis qui se nourrit d’exploits et d’évasions. Impossible pour ce passionné d’aventures, de rester inactif ! Il enchaîne les expéditions et les défis extrêmes. Selon nos sources, il était en Algérie la semaine passée pour soumettre un projet, le «Paris-Alger-Tamanrasset», qui sera une première mondiale : 4000 km à vélo, à la rame et à pied, pour atteindre le plus grand désert du monde et ses paysages lunaires. Le voyage à pied permet de prendre la mesure de la variété, des subtilités et des nuances d’un pays incomparable. L’Algérie est le plus grand pays du continent africain, mais aussi du pourtour méditerranéen. Hélas,  M. Hedrich a formulé plusieurs demandes au niveau des instances, mais personne ne l’a reçu ! Or, il ne pourra plus préparer ce voyage s’il n’a aucun écho d’ici mars prochain. Pourtant, ce genre d’initiative pourrait avoir des retombées médiatiques non négligeables à même d’améliorer l’image touristique de l’Algérie. Nous restons un pays très fermé, souvent méconnu, ou associé à des images qui sont un petit peu dépassées. La communication reste réduite à des déclarations d’intention ou à des séries d’actions désordonnées. En dépit de la participation de l’Office national du tourisme (ONT) aux Salons étrangers (Fitur de Madrid, BIT Milan), l’Algérie n’arrive pas à capitaliser sur sa proximité avec les marchés émetteurs. Il ne suffit pas d’axer sur le rituel du chèche targui ou d’organiser des tombolas pour prétendre redonner des couleurs à la destination Algérie. Avons-nous une réelle stratégie digitale dans ce sens ? Force est de reconnaître que non. Aujourd’hui, sous d’autres cieux, un gros travail est réalisé avec des influenceurs du Web, en l’occurrence des blogueurs et des instagrammers. La montée en puissance du Web, des réseaux sociaux et du mobile a transformé l’approche du séjour touristique, à tel point qu’aujourd’hui, on parle de e-tourisme. Les réseaux sociaux représentent à l’heure actuelle un nouveau média et un canal de communication privilégié pour les marques. Il faut proposer une nouvelle manière de communiquer à laquelle les internautes peuvent s’identifier et font découvrir un produit touristique ou une destination autrement. Le Web 2.0 consiste à utiliser l’internet non plus comme un simple média complémentaire sur lequel les consommateurs viennent rechercher de l’information pour la traiter individuellement, mais comme un lieu d’échanges, de partage et de rencontres. L’internaute devient véritablement actif et l’interactivité ne se fait plus qu’entre consommateurs et marques, mais aussi entre internautes eux-mêmes.  

Lire la suite Lire la suite

Les «influenceurs» et la destination Algérie  Voir?

Il a gravi l’Everest, terminé le Dakar à moto et traversé la planète à la voile. Charles Hedrich (60 ans) est un homme de défis qui se nourrit d’exploits et d’évasions. Impossible pour ce passionné d’aventures, de rester inactif ! Il enchaîne les expéditions et les défis extrêmes. Selon nos sources, il était en Algérie la semaine passée pour soumettre un projet, le «Paris-Alger-Tamanrasset», qui sera une première mondiale : 4000 km à vélo, à la rame et à pied, pour atteindre le plus grand désert du monde et ses paysages lunaires. Le voyage à pied permet de prendre la mesure de la variété, des subtilités et des nuances d’un pays incomparable. L’Algérie est le plus grand pays du continent africain, mais aussi du pourtour méditerranéen. Hélas,  M. Hedrich a formulé plusieurs demandes au niveau des instances, mais personne ne l’a reçu ! Or, il ne pourra plus préparer ce voyage s’il n’a aucun écho d’ici mars prochain. Pourtant, ce genre d’initiative pourrait avoir des retombées médiatiques non négligeables à même d’améliorer l’image touristique de l’Algérie. Nous restons un pays très fermé, souvent méconnu, ou associé à des images qui sont un petit peu dépassées. La communication reste réduite à des déclarations d’intention ou à des séries d’actions désordonnées. En dépit de la participation de l’Office national du tourisme (ONT) aux Salons étrangers (Fitur de Madrid, BIT Milan), l’Algérie n’arrive pas à capitaliser sur sa proximité avec les marchés émetteurs. Il ne suffit pas d’axer sur le rituel du chèche targui ou d’organiser des tombolas pour prétendre redonner des couleurs à la destination Algérie. Avons-nous une réelle stratégie digitale dans ce sens ? Force est de reconnaître que non. Aujourd’hui, sous d’autres cieux, un gros travail est réalisé avec des influenceurs du Web, en l’occurrence des blogueurs et des instagrammers. La montée en puissance du Web, des réseaux sociaux et du mobile a transformé l’approche du séjour touristique, à tel point qu’aujourd’hui, on parle de e-tourisme. Les réseaux sociaux représentent à l’heure actuelle un nouveau média et un canal de communication privilégié pour les marques. Il faut proposer une nouvelle manière de communiquer à laquelle les internautes peuvent s’identifier et font découvrir un produit touristique ou une destination autrement. Le Web 2.0 consiste à utiliser l’internet non plus comme un simple média complémentaire sur lequel les consommateurs viennent rechercher de l’information pour la traiter individuellement, mais comme un lieu d’échanges, de partage et de rencontres. L’internaute devient véritablement actif et l’interactivité ne se fait plus qu’entre consommateurs et marques, mais aussi entre internautes eux-mêmes.  

Fermer Fermer

(12/02/2018 - 12:00)

La nouvelle plateforme taxi «tem tem» affiche ses ambitions  Voir?

Ils sont une centaine de chauffeurs entre Alger et Oran et une trentaine pour cette dernière ville, à travailler pour le compte de la toute nouvelle plateforme «tem tem», un service similaire à celui d’Uber ou des VTC. Il s’agit de la possibilité pour le client potentiel d’avoir un véhicule à sa disposition en utilisant son smartphone muni de l’application citée plus haut. «Il y a à peine deux semaines, nous avons formé une vingtaine de chauffeurs ici même au Centre de conventions d’Oran», a indiqué Kamel Haddar, fondateur de cette start-up, qui compte d’ici la fin de l’année 2019 couvrir les 10 plus grandes villes du pays et, à terme, c’est-à-dire d’ici cinq ans, atteindre le chiffre de 30 000 chauffeurs, qui travailleront pour le compte de cette plateforme, une adaptation de plusieurs formules similaires existant dans le monde. La formation est particulièrement exigeante et intègre même la nécessité, par exemple, d’ouvrir la porte au client, chose que certains candidats rechignent à faire. Pour le moment, le client potentiel a la possibilité de choisir entre une citadine, une berline ou un utilitaire de transport, mais plus tard, ajoute le même responsable, une formule VIP sera intégrée pour satisfaire les clients les plus exigeants en termes de confort et d’espace. Les véhicules disposent déjà d’un service Wifi gratuit et de la possibilité de recharger les appareils téléphoniques. Pour avoir une idée de la fourchette des prix pratiqués par ces nouveaux transporteurs, il faut juste savoir que ceux-ci se situent entre ceux pratiqués par les taxis et ceux des clandestins, et cette remarque vaut notamment pour Oran. «Tem  tem» veut dire «tout de suite» et c’est en fonction de la position des chauffeurs à l’instant où on veut commander une course, mais on a aussi la possibilité de différer cette dernière pour un horaire ou une date précise. «Vous n’avez même pas besoin de connaître l’adresse de votre destination, car il suffit d’appuyer sur l’endroit où vous voulez aller sur la ‘‘map’’ et le tour est joué», explique Kamel Haddar, tout en tenant à rassurer les utilisateurs, du fait que le prix est fixé à l’avance pour éviter les mauvaises surprises. Le tarif dépend du kilométrage et du temps que cela peut prendre pour aller d’un point à un autre. «Tem tem» assure la liaison inter-wilayas, avec les mêmes conditions d’utilisation. A la demande, une facture en bonne et due forme peut être délivrée via un envoi par courriel pour justifier les dépenses, ce qui intéresse particulièrement les entreprises soucieuses de tenir une comptabilité efficace. L’avantage pour les adhérents est que la société leur garantit un salaire mensuel minimum de   35 000 DA, quelles que soient les recettes réalisées. Ceci veut dire que même dans le cas où il n’y a pas assez de demandes, et donc moins de recettes, la start-up s’engage à fournir la différence. Cependant, selon une estimation détaillée présentée lors du point de presse organisé à cet effet, le salaire que pourrait atteindre un adhérent, calculé sur la base de seulement 12 courses par jour et après avoir déduit la commission et les frais divers, s’élève à plus du double du salaire minimum, à condition, bien sûr, de respecter les engagements pris en termes de disponibilité. De toutes les façons, les véhicules sont suivis continuellement par le système GPS et c’est là également un gage de sécurité pour les clients. Côté marketing, «tem  tem» prévoit des promotions, mais aussi des bonus pour les adhérents qui en ramènent d’autres et des rabais pour les clients qui partagent leur code avec d’autres, etc. Cependant, nos tentatives, hier, d’utiliser cette application se sont avérées vaines. 

Lire la suite Lire la suite

La nouvelle plateforme taxi «tem tem» affiche ses ambitions  Voir?

Ils sont une centaine de chauffeurs entre Alger et Oran et une trentaine pour cette dernière ville, à travailler pour le compte de la toute nouvelle plateforme «tem tem», un service similaire à celui d’Uber ou des VTC. Il s’agit de la possibilité pour le client potentiel d’avoir un véhicule à sa disposition en utilisant son smartphone muni de l’application citée plus haut. «Il y a à peine deux semaines, nous avons formé une vingtaine de chauffeurs ici même au Centre de conventions d’Oran», a indiqué Kamel Haddar, fondateur de cette start-up, qui compte d’ici la fin de l’année 2019 couvrir les 10 plus grandes villes du pays et, à terme, c’est-à-dire d’ici cinq ans, atteindre le chiffre de 30 000 chauffeurs, qui travailleront pour le compte de cette plateforme, une adaptation de plusieurs formules similaires existant dans le monde. La formation est particulièrement exigeante et intègre même la nécessité, par exemple, d’ouvrir la porte au client, chose que certains candidats rechignent à faire. Pour le moment, le client potentiel a la possibilité de choisir entre une citadine, une berline ou un utilitaire de transport, mais plus tard, ajoute le même responsable, une formule VIP sera intégrée pour satisfaire les clients les plus exigeants en termes de confort et d’espace. Les véhicules disposent déjà d’un service Wifi gratuit et de la possibilité de recharger les appareils téléphoniques. Pour avoir une idée de la fourchette des prix pratiqués par ces nouveaux transporteurs, il faut juste savoir que ceux-ci se situent entre ceux pratiqués par les taxis et ceux des clandestins, et cette remarque vaut notamment pour Oran. «Tem  tem» veut dire «tout de suite» et c’est en fonction de la position des chauffeurs à l’instant où on veut commander une course, mais on a aussi la possibilité de différer cette dernière pour un horaire ou une date précise. «Vous n’avez même pas besoin de connaître l’adresse de votre destination, car il suffit d’appuyer sur l’endroit où vous voulez aller sur la ‘‘map’’ et le tour est joué», explique Kamel Haddar, tout en tenant à rassurer les utilisateurs, du fait que le prix est fixé à l’avance pour éviter les mauvaises surprises. Le tarif dépend du kilométrage et du temps que cela peut prendre pour aller d’un point à un autre. «Tem tem» assure la liaison inter-wilayas, avec les mêmes conditions d’utilisation. A la demande, une facture en bonne et due forme peut être délivrée via un envoi par courriel pour justifier les dépenses, ce qui intéresse particulièrement les entreprises soucieuses de tenir une comptabilité efficace. L’avantage pour les adhérents est que la société leur garantit un salaire mensuel minimum de   35 000 DA, quelles que soient les recettes réalisées. Ceci veut dire que même dans le cas où il n’y a pas assez de demandes, et donc moins de recettes, la start-up s’engage à fournir la différence. Cependant, selon une estimation détaillée présentée lors du point de presse organisé à cet effet, le salaire que pourrait atteindre un adhérent, calculé sur la base de seulement 12 courses par jour et après avoir déduit la commission et les frais divers, s’élève à plus du double du salaire minimum, à condition, bien sûr, de respecter les engagements pris en termes de disponibilité. De toutes les façons, les véhicules sont suivis continuellement par le système GPS et c’est là également un gage de sécurité pour les clients. Côté marketing, «tem  tem» prévoit des promotions, mais aussi des bonus pour les adhérents qui en ramènent d’autres et des rabais pour les clients qui partagent leur code avec d’autres, etc. Cependant, nos tentatives, hier, d’utiliser cette application se sont avérées vaines. 

Fermer Fermer

(12/02/2018 - 12:00)

Oran : L’entreprise et la sécurité informatique  Voir?

Un travail de sensibilisation doit être mené en direction des chefs d’entreprise sur la sécurité informatique et l’importance de consacrer un budget à la protection des données. C’est ce qu’ont plaidé, lundi, les participants à une rencontre organisée par la Chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie (CCIO), sur la thématique «L’entreprise face à la sécurité informatique». En effet, l’évolution technologique et l’intégration des TIC dans le fonctionnement des entreprises imposent un nouvel esprit et une culture de «cyber-sécurité» aux managers. Selon Wahiba Kébir, consultante et pirate éthique, «les techniciens et ingénieurs ont toujours un problème pour sensibiliser les managers dans leurs entreprises sur l’importance d’accorder un certain budget ou acquérir un équipement spécifique pour la sécurité de leurs données et machines». Cet ingénieur, expert certifié «Cisco», réagissait aux questions soulevées par l’assistance à l’issue d’une conférence de vulgarisation destinée à familiariser les acteurs de l’entrepreneuriat avec le lexique de sécurité informatique. La conférencière a prodigué dix gestes basiques à adopter et à connaître pour se protéger contre les attaques informatiques, tout en explicitant les différents types de menaces susceptibles de détruire la base de données d’une entreprise, ses machines, ou faire chanter un chef d’entreprise, entre autres,crimes. «Il est important de séparer ses données personnelles de celles professionnelles, déconnecter les appareils la nuit, par exemple, ou encore avoir le bon réflexe de déconnecter les appareils en cas d’attaques, tout en suivant une certaine procédure afin de permettre aux équipes de support technique d’identifier l’origine de la menace ou l’attaque et faire leur enquête», a-t-elle prodigué à titre d’exemple. Elle a également souligné la nécessité, pour toute entreprise, d’avoir son service informatique qualifié pour la sécurité, ou au moins un ingénieur. «Les petites et moyennes entreprises, qui n’ont pas les moyens d’avoir tout un service, peuvent, ou doivent, recourir aux entreprises spécialisées dans la sécurité informatique. Il y en a plusieurs en Algérie et elles sont même certifiées à l’international et sollicitées par les plus importants départements ministériels dans notre pays», a-t-elle déclaré. La conférencière a évoqué à cette occasion l’introduction des modes de paiement électronique : «Il faut savoir que la Banque d’Algérie et les différents établissements concernés par cette opération ont étudié la question sécuritaire et pris les dispositions nécessaires. Maintenant, c’est au tour des entreprises d’intégrer cette culture de sécurité informatique. Il s’agit d’une habitude, d’un travail qui se fait quotidiennement et qui nécessite d’être à jour et d’adopter les bons réflexes.»  

Lire la suite Lire la suite

Oran : L’entreprise et la sécurité informatique  Voir?

Un travail de sensibilisation doit être mené en direction des chefs d’entreprise sur la sécurité informatique et l’importance de consacrer un budget à la protection des données. C’est ce qu’ont plaidé, lundi, les participants à une rencontre organisée par la Chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie (CCIO), sur la thématique «L’entreprise face à la sécurité informatique». En effet, l’évolution technologique et l’intégration des TIC dans le fonctionnement des entreprises imposent un nouvel esprit et une culture de «cyber-sécurité» aux managers. Selon Wahiba Kébir, consultante et pirate éthique, «les techniciens et ingénieurs ont toujours un problème pour sensibiliser les managers dans leurs entreprises sur l’importance d’accorder un certain budget ou acquérir un équipement spécifique pour la sécurité de leurs données et machines». Cet ingénieur, expert certifié «Cisco», réagissait aux questions soulevées par l’assistance à l’issue d’une conférence de vulgarisation destinée à familiariser les acteurs de l’entrepreneuriat avec le lexique de sécurité informatique. La conférencière a prodigué dix gestes basiques à adopter et à connaître pour se protéger contre les attaques informatiques, tout en explicitant les différents types de menaces susceptibles de détruire la base de données d’une entreprise, ses machines, ou faire chanter un chef d’entreprise, entre autres,crimes. «Il est important de séparer ses données personnelles de celles professionnelles, déconnecter les appareils la nuit, par exemple, ou encore avoir le bon réflexe de déconnecter les appareils en cas d’attaques, tout en suivant une certaine procédure afin de permettre aux équipes de support technique d’identifier l’origine de la menace ou l’attaque et faire leur enquête», a-t-elle prodigué à titre d’exemple. Elle a également souligné la nécessité, pour toute entreprise, d’avoir son service informatique qualifié pour la sécurité, ou au moins un ingénieur. «Les petites et moyennes entreprises, qui n’ont pas les moyens d’avoir tout un service, peuvent, ou doivent, recourir aux entreprises spécialisées dans la sécurité informatique. Il y en a plusieurs en Algérie et elles sont même certifiées à l’international et sollicitées par les plus importants départements ministériels dans notre pays», a-t-elle déclaré. La conférencière a évoqué à cette occasion l’introduction des modes de paiement électronique : «Il faut savoir que la Banque d’Algérie et les différents établissements concernés par cette opération ont étudié la question sécuritaire et pris les dispositions nécessaires. Maintenant, c’est au tour des entreprises d’intégrer cette culture de sécurité informatique. Il s’agit d’une habitude, d’un travail qui se fait quotidiennement et qui nécessite d’être à jour et d’adopter les bons réflexes.»  

Fermer Fermer

(23/01/2018 - 12:00)

Libérez votre vision avec Allure M2  Voir?

Condor, fabricant algérien de téléphones mobiles, continue de surprendre grâce à ses innovations et ses nouveautés. Selon nos informations, il a obtenu 40% de parts de marché pour les produits nomades. Après le succès de Allure M1 et Allure M1 Plus, deux caméraphones qui ont séduit les Algériens grâce à l’expérience photo et leurs caractéristiques techniques, et continuant sur sa lancée, Condor lance son tout nouveau smartphone de la série Allure : le M2. Ce smartphone, pour les fans de selfies notamment, allie Full Screen, Quad Cam et une excellente performance. Il est doté des dernières technologies en matière de processeurs, caméra, ainsi que d’autres caractéristiques techniques. Le Condor Allure M2 est le premier smartphone algérien Full Screen, avec un écran 18:9 de 6’’ pour un même espace, mais un écran plus large, qui passe de 5,5’’ à 6’’ IPS HD+ qui vous ouvre le monde, ce qui permet de gagner en surface utilisable. Il procure une expérience visuelle plus claire et vivante pour la vidéo, la photographie et les jeux. Le Condor Allure M2 sera disponible sur le marché algérien en le précommandant sur la page Facebook de Condor Mobile au prix de 43 900 DA pour la version 4 Gb de RAM et 64 Gb de ROM et 49 900 DA pour le M2 doté d’une RAM de 6 Gb et d’une ROM de 128 Gb. Il permet de ne rien rater des moments magiques de la vie. L’autre nouveauté du Condor Allure M2 est le quadcam. En effet, le Condor Allure M2 est doté de quatre caméras. C’est le premier smartphone doté de quatre caméras en Algérie. Egalement avec l’Allure M2 vous allez profiter de l’effet Bokeh professionnel. Ce mode Portrait produit une image nette et un fond parfaitement flou dans un grand effet de profondeur de champ. Une technique qui va illuminer vos photos ! Le smartphone est sans doute devenu l’appareil photo principal. Avec l’apparition des smartphones dotés de capteurs photos, cette activité s’est réellement démocratisée. Aujourd’hui, tout un chacun est en mesure de prendre de belles photos en une simple pression de bouton. En seulement quelques années, l’appareil photo intégré aux téléphones portables est passé du simple accessoire sympa à un véritable critère de choix. L’habitude quotidienne de filmer ses enfants, ses vacances et à peu près tous ses souvenirs, encouragée par les réseaux sociaux, Facebook en tête, toujours plus gourmands de vidéos, voire de séquences en direct, est une tendance lourde. Ce lancement permet à Condor de démontrer sa capacité à mettre régulièrement sur le marché des modèles au goût du jour mais surtout qui suivent l’évolution des technologies.  

Lire la suite Lire la suite

Libérez votre vision avec Allure M2  Voir?

Condor, fabricant algérien de téléphones mobiles, continue de surprendre grâce à ses innovations et ses nouveautés. Selon nos informations, il a obtenu 40% de parts de marché pour les produits nomades. Après le succès de Allure M1 et Allure M1 Plus, deux caméraphones qui ont séduit les Algériens grâce à l’expérience photo et leurs caractéristiques techniques, et continuant sur sa lancée, Condor lance son tout nouveau smartphone de la série Allure : le M2. Ce smartphone, pour les fans de selfies notamment, allie Full Screen, Quad Cam et une excellente performance. Il est doté des dernières technologies en matière de processeurs, caméra, ainsi que d’autres caractéristiques techniques. Le Condor Allure M2 est le premier smartphone algérien Full Screen, avec un écran 18:9 de 6’’ pour un même espace, mais un écran plus large, qui passe de 5,5’’ à 6’’ IPS HD+ qui vous ouvre le monde, ce qui permet de gagner en surface utilisable. Il procure une expérience visuelle plus claire et vivante pour la vidéo, la photographie et les jeux. Le Condor Allure M2 sera disponible sur le marché algérien en le précommandant sur la page Facebook de Condor Mobile au prix de 43 900 DA pour la version 4 Gb de RAM et 64 Gb de ROM et 49 900 DA pour le M2 doté d’une RAM de 6 Gb et d’une ROM de 128 Gb. Il permet de ne rien rater des moments magiques de la vie. L’autre nouveauté du Condor Allure M2 est le quadcam. En effet, le Condor Allure M2 est doté de quatre caméras. C’est le premier smartphone doté de quatre caméras en Algérie. Egalement avec l’Allure M2 vous allez profiter de l’effet Bokeh professionnel. Ce mode Portrait produit une image nette et un fond parfaitement flou dans un grand effet de profondeur de champ. Une technique qui va illuminer vos photos ! Le smartphone est sans doute devenu l’appareil photo principal. Avec l’apparition des smartphones dotés de capteurs photos, cette activité s’est réellement démocratisée. Aujourd’hui, tout un chacun est en mesure de prendre de belles photos en une simple pression de bouton. En seulement quelques années, l’appareil photo intégré aux téléphones portables est passé du simple accessoire sympa à un véritable critère de choix. L’habitude quotidienne de filmer ses enfants, ses vacances et à peu près tous ses souvenirs, encouragée par les réseaux sociaux, Facebook en tête, toujours plus gourmands de vidéos, voire de séquences en direct, est une tendance lourde. Ce lancement permet à Condor de démontrer sa capacité à mettre régulièrement sur le marché des modèles au goût du jour mais surtout qui suivent l’évolution des technologies.  

Fermer Fermer

(22/01/2018 - 12:00)

Condor honore ses distributeurs et partenaires  Voir?

Condor, fabricant algérien de produits électroniques, électroménagers et multimédias, a honoré, pour la quatrième année consécutive, ses clients, distributeurs et partenaires, lors d’une cérémonie organisée jeudi dernier au Centre international des Conventions d’Alger. Une cérémonie organisée «en reconnaissance aux efforts des partenaires du groupe, à leur bonne collaboration ainsi qu’à leur grande contribution à l’ascension de Condor», souligne un communiqué de presse. L’enseigne inspire par son succès et sa fidélité́ : c’est précisément cette proximité́ et la détermination d’élargir les horizons et d’anticiper sur les innovations qui permettent à Condor d’être un leader. Au fil des années, il a construit une histoire, un parcours, où toutes les mutations reflètent aussi l’attachement à des valeurs et des aspirations. La cérémonie du «Top 10» a vu la présence de plusieurs personnalités et a permis à Condor de récompenser ses clients partenaires pour l’avoir accompagné tout au long de son parcours depuis sa création en 2002. Il y a lieu de souligner la présence pour la première fois des partenaires internationaux de Condor à la cérémonie. En effet, les distributeurs et partenaires étrangers ont été honorés par le groupe, qui exporte ses produits vers tous les pays maghrébins (Tunisie, Maroc, Libye et Mauritanie), mais également en France, au Sénégal, au Congo, au Bénin, en Jordanie et aux Emirats arabes unis. Dans son allocution, Abderrahmane Benhamadi, président du conseil d’administration de Condor, a affirmé : «2017 a été une année difficile pour toutes les entreprises. La taille du marché s’est rétrécie de 16% environ, mais Condor a réussi à avoir une petite croissance. 2018 sera meilleure, car le volume des ventes en dehors de l’Algérie va s’élever à 300%.» Condor a entamé son internationalisation en 2017, une belle année où il a réussi le pari d’être reconnu comme acteur mondial de l’électronique. La marque est présente dans 7 pays africains, où elle a ouvert des showrooms et un grand centre de distribution en Tunisie. En Europe, elle a marqué sa présence en France dans la téléphonie mobile, notamment avec le lancement de packs, avec les opérateurs comme SFR et Lycamobile. Ceci démontre la capacité de Condor à être un acteur reconnu par ses opérateurs internationaux. En Italie, le fabricant est présent à travers la marque Nardi, on peut trouver aussi les produits au Moyen-Orient (Dubaï, Jordanie, Egypte, Arabie Saoudite et Oman). En 2017, Condor a réalisé un chiffre d’affaires de 13 millions de dollars et compte poursuivre son projet de développement. Pour marquer cet événement, il a aussi présenté à la presse son tout nouveau smartphone de la série Allure, le M2, avec une promesse : une expérience visuelle plus claire et vivante pour la vidéo, photographie et les jeux. En somme, pour ne rien rater des moments magiques de la vie.

Lire la suite Lire la suite

Condor honore ses distributeurs et partenaires  Voir?

Condor, fabricant algérien de produits électroniques, électroménagers et multimédias, a honoré, pour la quatrième année consécutive, ses clients, distributeurs et partenaires, lors d’une cérémonie organisée jeudi dernier au Centre international des Conventions d’Alger. Une cérémonie organisée «en reconnaissance aux efforts des partenaires du groupe, à leur bonne collaboration ainsi qu’à leur grande contribution à l’ascension de Condor», souligne un communiqué de presse. L’enseigne inspire par son succès et sa fidélité́ : c’est précisément cette proximité́ et la détermination d’élargir les horizons et d’anticiper sur les innovations qui permettent à Condor d’être un leader. Au fil des années, il a construit une histoire, un parcours, où toutes les mutations reflètent aussi l’attachement à des valeurs et des aspirations. La cérémonie du «Top 10» a vu la présence de plusieurs personnalités et a permis à Condor de récompenser ses clients partenaires pour l’avoir accompagné tout au long de son parcours depuis sa création en 2002. Il y a lieu de souligner la présence pour la première fois des partenaires internationaux de Condor à la cérémonie. En effet, les distributeurs et partenaires étrangers ont été honorés par le groupe, qui exporte ses produits vers tous les pays maghrébins (Tunisie, Maroc, Libye et Mauritanie), mais également en France, au Sénégal, au Congo, au Bénin, en Jordanie et aux Emirats arabes unis. Dans son allocution, Abderrahmane Benhamadi, président du conseil d’administration de Condor, a affirmé : «2017 a été une année difficile pour toutes les entreprises. La taille du marché s’est rétrécie de 16% environ, mais Condor a réussi à avoir une petite croissance. 2018 sera meilleure, car le volume des ventes en dehors de l’Algérie va s’élever à 300%.» Condor a entamé son internationalisation en 2017, une belle année où il a réussi le pari d’être reconnu comme acteur mondial de l’électronique. La marque est présente dans 7 pays africains, où elle a ouvert des showrooms et un grand centre de distribution en Tunisie. En Europe, elle a marqué sa présence en France dans la téléphonie mobile, notamment avec le lancement de packs, avec les opérateurs comme SFR et Lycamobile. Ceci démontre la capacité de Condor à être un acteur reconnu par ses opérateurs internationaux. En Italie, le fabricant est présent à travers la marque Nardi, on peut trouver aussi les produits au Moyen-Orient (Dubaï, Jordanie, Egypte, Arabie Saoudite et Oman). En 2017, Condor a réalisé un chiffre d’affaires de 13 millions de dollars et compte poursuivre son projet de développement. Pour marquer cet événement, il a aussi présenté à la presse son tout nouveau smartphone de la série Allure, le M2, avec une promesse : une expérience visuelle plus claire et vivante pour la vidéo, photographie et les jeux. En somme, pour ne rien rater des moments magiques de la vie.

Fermer Fermer

(21/01/2018 - 12:00)

Condor lance la caravane Allure M1  Voir?

Condor, fabricant de produits électroniques, électroménagers et multimédia, partage avec les Algériens sa caravane Allure M1S. Cette caravane sillonnera plusieurs wilayas du pays afin de présenter en détail toutes les caractéristiques du smartphone Condor Allure M1, lancé en juillet dernier, tout en proposant des activités et animations inédites. «La caravane a débuté mardi par la wilaya d’Alger, à la placette de Dély Ibrahim. Le stand sera également installé au niveau de la Grande-Poste de la capitale, avant de prendre la route pour Béjaïa, Annaba, Constantine, Oran, Blida, Ouargla pour ensuite clôturer l’opération de nouveau dans la capitale au centre commercial Ardis le 15 février prochain», souligne un communiqué de presse parvenu à El Watan. Selon la même source, un véhicule brandé M1 «Espace de projection» accompagnera la caravane pendant la tournée, alors qu’une tombola sera organisée au niveau des points de vente pour remporter plusieurs cadeaux, dont 5 voyages. Cette caravane confirme la volonté de Condor de se rapprocher encore plus du citoyen algérien en lui offrant des espaces dédiés. Avec les différentes gammes des produits proposés, Condor parvient à toucher toutes les cibles possibles et arrive à être présente dans 90% des foyers algériens grâce à ses potentiels humains et techniques. Elle s’inscrit dans son temps, mais aussi dans la pérennité. La communication permet à la marque algérienne d’établir une relation avec ses clients et de leur transmettre un message. Elle permet de donner une image positive à l’entreprise, de lui apporter de la notoriété et de la visibilité. Elle répond à des objectifs commerciaux et de marketing précis, ce qui permet d’améliorer ses résultats commerciaux. La communication reste pour Condor importante, notamment en ces temps de ralentissement économique, où la plupart des entreprises subissent de fortes pressions pour réduire leurs coûts et déterminer quelles dépenses ne sont pas essentielles. Il arrive souvent que les budgets de marketing soient les premiers à être réduits, ce qui peut être coûteux à long terme pour les affaires. Les conditions sont difficiles, mais le fait de le reconnaître et d’avoir le courage de maintenir et d’accroître le centre de l’attention sur les clients existants peut être l’étape stratégique essentielle pour endurer et surmonter ces temps incertains. Condor ne veut pas être juste un exemple de réussite et de succès à travers ses réalisations et ses performances, elle est aussi le modèle de la compagnie qui marque son époque par son innovation avec des articles «Made In Algeria» à la pointe de la technologie, certifiés aux normes de qualité et de sécurité les plus strictes.  

Lire la suite Lire la suite

Condor lance la caravane Allure M1  Voir?

Condor, fabricant de produits électroniques, électroménagers et multimédia, partage avec les Algériens sa caravane Allure M1S. Cette caravane sillonnera plusieurs wilayas du pays afin de présenter en détail toutes les caractéristiques du smartphone Condor Allure M1, lancé en juillet dernier, tout en proposant des activités et animations inédites. «La caravane a débuté mardi par la wilaya d’Alger, à la placette de Dély Ibrahim. Le stand sera également installé au niveau de la Grande-Poste de la capitale, avant de prendre la route pour Béjaïa, Annaba, Constantine, Oran, Blida, Ouargla pour ensuite clôturer l’opération de nouveau dans la capitale au centre commercial Ardis le 15 février prochain», souligne un communiqué de presse parvenu à El Watan. Selon la même source, un véhicule brandé M1 «Espace de projection» accompagnera la caravane pendant la tournée, alors qu’une tombola sera organisée au niveau des points de vente pour remporter plusieurs cadeaux, dont 5 voyages. Cette caravane confirme la volonté de Condor de se rapprocher encore plus du citoyen algérien en lui offrant des espaces dédiés. Avec les différentes gammes des produits proposés, Condor parvient à toucher toutes les cibles possibles et arrive à être présente dans 90% des foyers algériens grâce à ses potentiels humains et techniques. Elle s’inscrit dans son temps, mais aussi dans la pérennité. La communication permet à la marque algérienne d’établir une relation avec ses clients et de leur transmettre un message. Elle permet de donner une image positive à l’entreprise, de lui apporter de la notoriété et de la visibilité. Elle répond à des objectifs commerciaux et de marketing précis, ce qui permet d’améliorer ses résultats commerciaux. La communication reste pour Condor importante, notamment en ces temps de ralentissement économique, où la plupart des entreprises subissent de fortes pressions pour réduire leurs coûts et déterminer quelles dépenses ne sont pas essentielles. Il arrive souvent que les budgets de marketing soient les premiers à être réduits, ce qui peut être coûteux à long terme pour les affaires. Les conditions sont difficiles, mais le fait de le reconnaître et d’avoir le courage de maintenir et d’accroître le centre de l’attention sur les clients existants peut être l’étape stratégique essentielle pour endurer et surmonter ces temps incertains. Condor ne veut pas être juste un exemple de réussite et de succès à travers ses réalisations et ses performances, elle est aussi le modèle de la compagnie qui marque son époque par son innovation avec des articles «Made In Algeria» à la pointe de la technologie, certifiés aux normes de qualité et de sécurité les plus strictes.  

Fermer Fermer

(18/01/2018 - 12:00)

Wesselni veut accompagner la mobilité  Voir?

Wesselni, l’application qui veut révolutionner le transport des Algériens, enrichit sa plateforme de service. C’est ce qui a été annoncé hier lors d’une conférence de presse organisée à Alger. L’objectif est «de rendre la mobilité urbaine plus facile». Les Oranais ont pu, depuis hier, profiter des avantages de cette application, suivie de Sétif et Constantine, pour une couverture nationale fin 2020. L’entreprise possède une flotte de 42 véhicules et 120 chauffeurs formés. Ils pourront, pour un forfait mensuel de 7000 DA, profiter de l’ensemble des avantages (formation, entretien véhicule, mise en contact avec les clients, communication), et cela sans que Wesselni ne prenne de parts sur les courses. Cette application est 100 % algérienne et a enregistré jusque-là 15 000 téléchargements. Elle a été créée dans le cadre du projet «Alger Smart City» géré par la wilaya d’Alger. L’objectif de la Smart City d’Alger est d’optimiser la gestion de la ville, dans le but d’améliorer la qualité de vie de ses citoyens. Cela nécessite une implication directe des différentes parties prenantes dans la ville, y compris, et sans se limiter, les services de transport, d’énergie, d’urbanisme, d’eau, de sécurité, de santé et de logistique, entre autres. Cette application permet à ses utilisateurs de réserver des chauffeurs en ligne, avec une estimation du prix et de la durée du trajet connue à l’avance, 7/7 jours et H24, sans tarifs supplémentaires (pas de tarif de nuit), toujours avec une qualité de service premium, un temps d’attente minimum et un coût étudié en fonction de la distance et du trafic. Rapide, efficace et surtout rassurant, Wesselni s’impose comme une véritable alternative aux aléas du transport et du stationnement à Alger. Les villes sont généralement choisies pour leur taille, les grandes villes ayant un potentiel de demande plus important. Certaines données laissent supposer que les services de VTC répondent essentiellement à une demande qui était jusque-là insatisfaite. De même, certains suggèrent que leur rôle pourrait être particulièrement important dans les quartiers excentrés, où les transports publics sont peu développés et les taxis peu présents. Ils permettraient en outre de réduire la dépendance à la voiture personnelle en réduisant leur temps d’attente par rapport au taxi. Si les VTC et les transports en commun ont des parts de marché en commun (notamment les non-détenteurs de voitures) ils peuvent donc entrer en concurrence, les deux modes sont aussi complémentaires.  

Lire la suite Lire la suite

Wesselni veut accompagner la mobilité  Voir?

Wesselni, l’application qui veut révolutionner le transport des Algériens, enrichit sa plateforme de service. C’est ce qui a été annoncé hier lors d’une conférence de presse organisée à Alger. L’objectif est «de rendre la mobilité urbaine plus facile». Les Oranais ont pu, depuis hier, profiter des avantages de cette application, suivie de Sétif et Constantine, pour une couverture nationale fin 2020. L’entreprise possède une flotte de 42 véhicules et 120 chauffeurs formés. Ils pourront, pour un forfait mensuel de 7000 DA, profiter de l’ensemble des avantages (formation, entretien véhicule, mise en contact avec les clients, communication), et cela sans que Wesselni ne prenne de parts sur les courses. Cette application est 100 % algérienne et a enregistré jusque-là 15 000 téléchargements. Elle a été créée dans le cadre du projet «Alger Smart City» géré par la wilaya d’Alger. L’objectif de la Smart City d’Alger est d’optimiser la gestion de la ville, dans le but d’améliorer la qualité de vie de ses citoyens. Cela nécessite une implication directe des différentes parties prenantes dans la ville, y compris, et sans se limiter, les services de transport, d’énergie, d’urbanisme, d’eau, de sécurité, de santé et de logistique, entre autres. Cette application permet à ses utilisateurs de réserver des chauffeurs en ligne, avec une estimation du prix et de la durée du trajet connue à l’avance, 7/7 jours et H24, sans tarifs supplémentaires (pas de tarif de nuit), toujours avec une qualité de service premium, un temps d’attente minimum et un coût étudié en fonction de la distance et du trafic. Rapide, efficace et surtout rassurant, Wesselni s’impose comme une véritable alternative aux aléas du transport et du stationnement à Alger. Les villes sont généralement choisies pour leur taille, les grandes villes ayant un potentiel de demande plus important. Certaines données laissent supposer que les services de VTC répondent essentiellement à une demande qui était jusque-là insatisfaite. De même, certains suggèrent que leur rôle pourrait être particulièrement important dans les quartiers excentrés, où les transports publics sont peu développés et les taxis peu présents. Ils permettraient en outre de réduire la dépendance à la voiture personnelle en réduisant leur temps d’attente par rapport au taxi. Si les VTC et les transports en commun ont des parts de marché en commun (notamment les non-détenteurs de voitures) ils peuvent donc entrer en concurrence, les deux modes sont aussi complémentaires.  

Fermer Fermer

(16/01/2018 - 12:00)

Condor à la Foire internationale de Bamako  Voir?

Dans le cadre de sa politique d’internationalisation, Condor, fabricant algérien de produits électroniques, électroménagers et multimédias, participe à la 12e édition de la Foire internationale de Bamako (Febak), qui se tient du 13 au 29 janvier au Parc des expositions de la capitale malienne. A travers son stand, Condor expose ses produits IT, mobiles et petit électroménager (PEM), déjà disponibles au Mali grâce au distributeur de Condor. La présence de Condor à cette exposition a pour objectif, selon un communiqué de presse parvenu à El Watan, «l’élargissement du champ de distribution au Mali et dans toute l’Afrique». L’enseigne qui se présente comme «amie et compagnon des Algériens au quotidien», représente, aujourd’hui, plus que la société citoyenne qu’elle a toujours été. Condor se veut être un acteur économique national et régional, déterminé et novateur, mais surtout engagé à faire du produit «Made in Algeria» une référence sur le marché algérien et international. Il faut savoir que l’Algérie participe à la 12e Febak en qualité de «pays invité d’honneur». En marge de cette édition, il est prévu un forum d’affaires des Chambres de commerce d’Afrique élargi aux patronats, en plus du forum des Chambres de commerce membres de la Chambre islamique de commerce et d’agriculture (ICCIA) et de l’assemblée générale de la Fédération des Chambres de commerce et d’industrie de l’Afrique de l’Ouest (FCCIAO).

Lire la suite Lire la suite

Condor à la Foire internationale de Bamako  Voir?

Dans le cadre de sa politique d’internationalisation, Condor, fabricant algérien de produits électroniques, électroménagers et multimédias, participe à la 12e édition de la Foire internationale de Bamako (Febak), qui se tient du 13 au 29 janvier au Parc des expositions de la capitale malienne. A travers son stand, Condor expose ses produits IT, mobiles et petit électroménager (PEM), déjà disponibles au Mali grâce au distributeur de Condor. La présence de Condor à cette exposition a pour objectif, selon un communiqué de presse parvenu à El Watan, «l’élargissement du champ de distribution au Mali et dans toute l’Afrique». L’enseigne qui se présente comme «amie et compagnon des Algériens au quotidien», représente, aujourd’hui, plus que la société citoyenne qu’elle a toujours été. Condor se veut être un acteur économique national et régional, déterminé et novateur, mais surtout engagé à faire du produit «Made in Algeria» une référence sur le marché algérien et international. Il faut savoir que l’Algérie participe à la 12e Febak en qualité de «pays invité d’honneur». En marge de cette édition, il est prévu un forum d’affaires des Chambres de commerce d’Afrique élargi aux patronats, en plus du forum des Chambres de commerce membres de la Chambre islamique de commerce et d’agriculture (ICCIA) et de l’assemblée générale de la Fédération des Chambres de commerce et d’industrie de l’Afrique de l’Ouest (FCCIAO).

Fermer Fermer

(14/01/2018 - 12:00)

Samsung dévoile «The Wall» au Salon CES  Voir?

Samsung Electronics a présenté lors de son événement annuel First Look, au Salon CES «The Wall», le premier téléviseur modulaire MicroLED de 146 pouces au monde. L’écran TV MicroLED 146 modulaire et auto-émetteur a été présenté avec les dernières innovations de Samsung en matière de technologie d’affichage, démontrant comment la télévision évolue pour offrir aux consommateurs une expérience visuelle exceptionnelle, tout en étant un hub intelligent connecté et centralisé pour améliorer la vie quotidienne. Lors de cet événement, Jong-hee Han, président de Visual Display chez Samsung, et Dave Das, vice-président de l’électronique grand public de Samsung Electronics America, ont présenté la vision de l’avenir de Samsung dans laquelle les écrans télé offrent des visuels éclatants et évoluent également pour s’intégrer parfaitement dans la vie des gens. Samsung se tourne désormais vers l’avenir, en fixant les tendances de la télévision pour la prochaine décennie, avec une innovation inspirée par le consommateur qui redéfinit l’expérience de divertissement à domicile. Le constructeur continuera de réinventer et d’ouvrir la voie à l’expérience visuelle du futur et de livrer «l’innovation qui compte». «The Wall» de Samsung, un téléviseur modulaire de 146 pouces doté de la technologie MicroLED, offre une définition incroyable, sans restriction de taille, de résolution ou de forme. C’est un téléviseur auto-émetteur avec des LEDs micrométriques (μm), qui sont beaucoup plus petites que les LED actuelles et qui se servent de leur propre source de lu-mière. La technologie MicroLED embarquée dans The Wall élimine le besoin de filtres de couleurs ou de rétroéclairage, tout en permettant à l’écran d’afficher une expérience de visionnement ultime. En outre, l’écran MicroLED excelle dans la durabilité et l’efficacité, comprenant l’efficacité lumineuse, la durée de vie de la source lumineuse et la consommation d’énergie, établissant la norme pour la future technologie d’écran. Avec un design modulable et sans cadre, «The Wall» illustre également comment les consommateurs peuvent personnaliser la taille et la forme de leurs téléviseurs en fonction de leurs besoins. L’écran peut s’adapter à différents usages, tel que créer un écran mural pour plusieurs espaces. Samsung a également présenté le premier téléviseur QLED au monde, doté de la technologie 8K AI, qui sera lancé à l’échelle internationale, en commençant par la Corée et les Etats-Unis au cours de la seconde moitié de 2018. Cette technologie AI améliore le contenu de définition standard à une résolution de 8K. Il utilise un algorithme propriétaire pour ajuster la résolution d’écran en fonction des caractéristiques de qualité d’image de chaque scène, pour améliorer continuellement la qualité de l’image et transformer facilement tout type de contenu de n’importe quelle source en un 8K de haute résolution.  

Lire la suite Lire la suite

Samsung dévoile «The Wall» au Salon CES  Voir?

Samsung Electronics a présenté lors de son événement annuel First Look, au Salon CES «The Wall», le premier téléviseur modulaire MicroLED de 146 pouces au monde. L’écran TV MicroLED 146 modulaire et auto-émetteur a été présenté avec les dernières innovations de Samsung en matière de technologie d’affichage, démontrant comment la télévision évolue pour offrir aux consommateurs une expérience visuelle exceptionnelle, tout en étant un hub intelligent connecté et centralisé pour améliorer la vie quotidienne. Lors de cet événement, Jong-hee Han, président de Visual Display chez Samsung, et Dave Das, vice-président de l’électronique grand public de Samsung Electronics America, ont présenté la vision de l’avenir de Samsung dans laquelle les écrans télé offrent des visuels éclatants et évoluent également pour s’intégrer parfaitement dans la vie des gens. Samsung se tourne désormais vers l’avenir, en fixant les tendances de la télévision pour la prochaine décennie, avec une innovation inspirée par le consommateur qui redéfinit l’expérience de divertissement à domicile. Le constructeur continuera de réinventer et d’ouvrir la voie à l’expérience visuelle du futur et de livrer «l’innovation qui compte». «The Wall» de Samsung, un téléviseur modulaire de 146 pouces doté de la technologie MicroLED, offre une définition incroyable, sans restriction de taille, de résolution ou de forme. C’est un téléviseur auto-émetteur avec des LEDs micrométriques (μm), qui sont beaucoup plus petites que les LED actuelles et qui se servent de leur propre source de lu-mière. La technologie MicroLED embarquée dans The Wall élimine le besoin de filtres de couleurs ou de rétroéclairage, tout en permettant à l’écran d’afficher une expérience de visionnement ultime. En outre, l’écran MicroLED excelle dans la durabilité et l’efficacité, comprenant l’efficacité lumineuse, la durée de vie de la source lumineuse et la consommation d’énergie, établissant la norme pour la future technologie d’écran. Avec un design modulable et sans cadre, «The Wall» illustre également comment les consommateurs peuvent personnaliser la taille et la forme de leurs téléviseurs en fonction de leurs besoins. L’écran peut s’adapter à différents usages, tel que créer un écran mural pour plusieurs espaces. Samsung a également présenté le premier téléviseur QLED au monde, doté de la technologie 8K AI, qui sera lancé à l’échelle internationale, en commençant par la Corée et les Etats-Unis au cours de la seconde moitié de 2018. Cette technologie AI améliore le contenu de définition standard à une résolution de 8K. Il utilise un algorithme propriétaire pour ajuster la résolution d’écran en fonction des caractéristiques de qualité d’image de chaque scène, pour améliorer continuellement la qualité de l’image et transformer facilement tout type de contenu de n’importe quelle source en un 8K de haute résolution.  

Fermer Fermer

(13/01/2018 - 12:00)

Commercialisation des smartphones à partir de janvier  Voir?

HG Power et ENIE Mobile ont organisé, lundi dernier à l’Ecole supérieure d’hôtellerie et de restauration de Aïn Benian (Alger) un événement média pour le lancement de sa gamme de téléphonie. Il a été procédé au lancement de 4 smartphones : le E7, au prix de 28 500 DA, le E5, au prix de 23 500 DA, le E3, au prix de 12 500 DA, et le EF1, au prix de 2500 DA, dans un premier temps. Ces téléphones intelligents sont dotés des dernières technologies en matière de processeur, de caméra et de batterie, ainsi que d’autres caractéristiques techniques très évolutives (double sim, empreinte digitale). «Nous sommes prêts à relever le défi en comptant sur la compétence de nos cadres et le dévouement de nos travailleurs», avait déclaré à la presse Bekkara Djamel, P-DG de l’ENIE. Pour 2018, ENIE Mobile et  HG Power comptent lancer une large gamme de téléphonie (8 modèles). Né de la restructuration de 1982 de l’ex-Sonelec, l’Entreprise nationale des industries électroniques compte parmi les fleurons de l’industrie algérienne spécialisée dans la fabrication du matériel audio et vidéo. Elle a réussi, grâce à son savoir-faire acquis par son encadrement et ses travailleurs, à s’imposer à l’échelle nationale comme une marque de premier choix ne se limitant pas à assurer des produits de haute qualité. Elle s’est engagée depuis quelques années à adapter la dynamique de développement à l’évolution d’une société dont les demandes sont en perpétuel changement. A cet effet, elle a opté pour l’élargissement de sa gamme de produits verticale et horizontale, en investissant le secteur de la téléphonie dite «intelligente» qui a nécessité des années de préparation et d’efforts visant à réunir les conditions pour la réussite d’un tel challenge. ENIE est prête à affronter la rude concurrence concernant le marché des smartphones. Elle s’engage aussi à assurer au grand public des produits de haut de gamme avec des prix étudiés.  

Lire la suite Lire la suite

Commercialisation des smartphones à partir de janvier  Voir?

HG Power et ENIE Mobile ont organisé, lundi dernier à l’Ecole supérieure d’hôtellerie et de restauration de Aïn Benian (Alger) un événement média pour le lancement de sa gamme de téléphonie. Il a été procédé au lancement de 4 smartphones : le E7, au prix de 28 500 DA, le E5, au prix de 23 500 DA, le E3, au prix de 12 500 DA, et le EF1, au prix de 2500 DA, dans un premier temps. Ces téléphones intelligents sont dotés des dernières technologies en matière de processeur, de caméra et de batterie, ainsi que d’autres caractéristiques techniques très évolutives (double sim, empreinte digitale). «Nous sommes prêts à relever le défi en comptant sur la compétence de nos cadres et le dévouement de nos travailleurs», avait déclaré à la presse Bekkara Djamel, P-DG de l’ENIE. Pour 2018, ENIE Mobile et  HG Power comptent lancer une large gamme de téléphonie (8 modèles). Né de la restructuration de 1982 de l’ex-Sonelec, l’Entreprise nationale des industries électroniques compte parmi les fleurons de l’industrie algérienne spécialisée dans la fabrication du matériel audio et vidéo. Elle a réussi, grâce à son savoir-faire acquis par son encadrement et ses travailleurs, à s’imposer à l’échelle nationale comme une marque de premier choix ne se limitant pas à assurer des produits de haute qualité. Elle s’est engagée depuis quelques années à adapter la dynamique de développement à l’évolution d’une société dont les demandes sont en perpétuel changement. A cet effet, elle a opté pour l’élargissement de sa gamme de produits verticale et horizontale, en investissant le secteur de la téléphonie dite «intelligente» qui a nécessité des années de préparation et d’efforts visant à réunir les conditions pour la réussite d’un tel challenge. ENIE est prête à affronter la rude concurrence concernant le marché des smartphones. Elle s’engage aussi à assurer au grand public des produits de haut de gamme avec des prix étudiés.  

Fermer Fermer

(10/01/2018 - 12:00)

Nouveautés dans un showroom à Annaba  Voir?

En guise d’apothéose, l’entreprise Condor Electronics a choisi la fin de l’année pour exhiber une panoplie de ses produits haut de gamme, dans un showroom au Sheraton de Annaba, le week-end end dernier, en présence d’une grande assistance. Dans sa vision de faire toujours mieux, Idir Lounis, manager de Condor, a choisi l’ordre chronologique pour retracer l’historique de l’entreprise, depuis sa création en 2002 jusqu’à aujourd’hui, en passant par la signature du premier contrat avec le géant américain Google en 2013 pour développer son label. Des millions d’euros ont été investis à cet effet, dans le but de satisfaire le client national, mais aussi pour se faire une place dans le marché international. «La première télévision androïde a été lancée en 2016, en exclusivité en Algérie, et c’était une première au niveau continental et de la sphère du monde arabe», argumente-t-il. Durant la même année, l’entreprise a tenu un showroom à Berlin pour lancer la 2e génération de téléviseurs Oled, d’une épaisseur de 4.1 mm et avec une durée de vie plus longue. En 2017, Condor fait un nouveau cap pour lancer dans la technologie quantique, en mettant sur le marché une panoplie de téléviseurs Cristal QD (points quantiques) caractérisés par de meilleures qualités d’image et de spectre de couleurs. «Notre produit n’a rien à envier aux autres produits, puisqu’il est certifié en Californie, fief des nouvelles technologies, et développé par une cinquantaine de nos brillants ingénieurs, formés un peu partout à travers le monde», poursuit-il son argumentation. Et en guise d’encouragement, l’entreprise a remis un chèque de 500 000 DA à un jeune de Tiaret, un autodidacte, réparateur de téléviseurs, qui a pu développer une télévision à double écran, permettant de voir deux programmes sur le même appareil.

Lire la suite Lire la suite

Nouveautés dans un showroom à Annaba  Voir?

En guise d’apothéose, l’entreprise Condor Electronics a choisi la fin de l’année pour exhiber une panoplie de ses produits haut de gamme, dans un showroom au Sheraton de Annaba, le week-end end dernier, en présence d’une grande assistance. Dans sa vision de faire toujours mieux, Idir Lounis, manager de Condor, a choisi l’ordre chronologique pour retracer l’historique de l’entreprise, depuis sa création en 2002 jusqu’à aujourd’hui, en passant par la signature du premier contrat avec le géant américain Google en 2013 pour développer son label. Des millions d’euros ont été investis à cet effet, dans le but de satisfaire le client national, mais aussi pour se faire une place dans le marché international. «La première télévision androïde a été lancée en 2016, en exclusivité en Algérie, et c’était une première au niveau continental et de la sphère du monde arabe», argumente-t-il. Durant la même année, l’entreprise a tenu un showroom à Berlin pour lancer la 2e génération de téléviseurs Oled, d’une épaisseur de 4.1 mm et avec une durée de vie plus longue. En 2017, Condor fait un nouveau cap pour lancer dans la technologie quantique, en mettant sur le marché une panoplie de téléviseurs Cristal QD (points quantiques) caractérisés par de meilleures qualités d’image et de spectre de couleurs. «Notre produit n’a rien à envier aux autres produits, puisqu’il est certifié en Californie, fief des nouvelles technologies, et développé par une cinquantaine de nos brillants ingénieurs, formés un peu partout à travers le monde», poursuit-il son argumentation. Et en guise d’encouragement, l’entreprise a remis un chèque de 500 000 DA à un jeune de Tiaret, un autodidacte, réparateur de téléviseurs, qui a pu développer une télévision à double écran, permettant de voir deux programmes sur le même appareil.

Fermer Fermer

(31/12/2017 - 12:00)

Condor prend son envol  Voir?

Condor, fabricant algérien de produits électroniques, électroménagers et multimédia, participe à la Foire de la production algérienne (FPA 2017) dans sa 26e édition, portant sur le thème «Economie diversifiée et performance à l’export», qui se déroule jusqu’au 27 décembre au Palais des expositions (Safex). Dans un emplacement stratégique, la marque expose ses produits sur une superficie totale de 420 m². Condor présente une gamme riche de produits allant du blanc jusqu’à l’IT, mobile et TV, en passant par les nouvelles gammes cuisson, réfrigérateurs et climatiseurs. Une panoplie de produits premium sera dévoilée dans cette foire, qualifiée dans un communiqué de presse de «rendez-vous incontournable et très attendu par les professionnels et le grand public». Les cuisines Convia, lancées en juillet dernier, seront aussi présentées. Pour donner une touche féminine, un coin «soins du corps pour elle» sera également installé pour la présentation de la nouvelle famille de produits Condor, dont le sèche-cheveux lancé dernièrement. Condor ambitionne de «toucher toutes les cibles possibles». Il arrive à être présent dans 90% des foyers algériens grâce à ses potentiels humains et techniques. La FPA est un événement économique et un lieu de rencontres pour les PME recherchant de nouveaux clients. Elle attire annuellement des milliers d’exposants venus des quatre coins du pays. Cette manifestation est considérée comme une vitrine de l’économie nationale et une occasion pour présenter les possibilités économiques algériennes réelles. Elle permet au consommateur de découvrir des produits algériens et aux producteurs d’écouter ses avis et propositions, en vue d’améliorer leurs produits.  

Lire la suite Lire la suite

Condor prend son envol  Voir?

Condor, fabricant algérien de produits électroniques, électroménagers et multimédia, participe à la Foire de la production algérienne (FPA 2017) dans sa 26e édition, portant sur le thème «Economie diversifiée et performance à l’export», qui se déroule jusqu’au 27 décembre au Palais des expositions (Safex). Dans un emplacement stratégique, la marque expose ses produits sur une superficie totale de 420 m². Condor présente une gamme riche de produits allant du blanc jusqu’à l’IT, mobile et TV, en passant par les nouvelles gammes cuisson, réfrigérateurs et climatiseurs. Une panoplie de produits premium sera dévoilée dans cette foire, qualifiée dans un communiqué de presse de «rendez-vous incontournable et très attendu par les professionnels et le grand public». Les cuisines Convia, lancées en juillet dernier, seront aussi présentées. Pour donner une touche féminine, un coin «soins du corps pour elle» sera également installé pour la présentation de la nouvelle famille de produits Condor, dont le sèche-cheveux lancé dernièrement. Condor ambitionne de «toucher toutes les cibles possibles». Il arrive à être présent dans 90% des foyers algériens grâce à ses potentiels humains et techniques. La FPA est un événement économique et un lieu de rencontres pour les PME recherchant de nouveaux clients. Elle attire annuellement des milliers d’exposants venus des quatre coins du pays. Cette manifestation est considérée comme une vitrine de l’économie nationale et une occasion pour présenter les possibilités économiques algériennes réelles. Elle permet au consommateur de découvrir des produits algériens et aux producteurs d’écouter ses avis et propositions, en vue d’améliorer leurs produits.  

Fermer Fermer

(25/12/2017 - 12:00)

Comment accompagner les enfants pour un usage d’internet plus sûr ?  Voir?

C’est ce que nous avons appris de Mme Tabet Nassima, chef de service de la solidarité, la famille et le mouvement associatif. Cette caravane, qui va sillonner plusieurs communes, verra la mobilisation de plusieurs secteurs, l’Education, la Formation professionnelle, la Culture, la Jeunesse et les Sports, les cellules de proximité relevant de l’Agence de développement social, le Service d’observation en milieu ouvert, la gendarmerie, la police et les SMA. Selon notre interlocutrice, un programme a été tracé pour la période allant du 21 au 29 décembre. Une série d’activés est prévue aujourd’hui à partir de 14h au niveau du Parc d’attractions d’El Hamri, le 28 décembre, la caravane est attendue au niveau du jardin de Sidi M’hamed, le 29 décembre, une manifestation est prévue à la forêt de M’sila, en collaboration avec les Scouts musulmans algériens. «Le but est de sensibiliser les enfants sur le danger du Net et de leur apprendre à être méfiants en navigant sur la Toile», a affirmé Mme Tabet. Dans le même cadre, des séances de sensibilisation ont déjà été entamées par les cellules de proximité relevant de l’Agence de développement social au niveau des établissements scolaires de quelques communes. De son côté, la direction de la formation professionnelle prévoit aussi des actions de sensibilisation au niveau des centres et des instituts de formation, selon la même source. «Blue whale challenge», ou «Défi de la baleine bleue», l’application internet qui pousse les jeunes au suicide, fait rage dans le monde entier. En Algérie, ses premières victimes se font de plus en plus nombreuses depuis quelques jours dans les différentes régions du pays. La campagne s’étalera jusqu’au mois de juin, selon Mme Tabet.    

Lire la suite Lire la suite

Comment accompagner les enfants pour un usage d’internet plus sûr ?  Voir?

C’est ce que nous avons appris de Mme Tabet Nassima, chef de service de la solidarité, la famille et le mouvement associatif. Cette caravane, qui va sillonner plusieurs communes, verra la mobilisation de plusieurs secteurs, l’Education, la Formation professionnelle, la Culture, la Jeunesse et les Sports, les cellules de proximité relevant de l’Agence de développement social, le Service d’observation en milieu ouvert, la gendarmerie, la police et les SMA. Selon notre interlocutrice, un programme a été tracé pour la période allant du 21 au 29 décembre. Une série d’activés est prévue aujourd’hui à partir de 14h au niveau du Parc d’attractions d’El Hamri, le 28 décembre, la caravane est attendue au niveau du jardin de Sidi M’hamed, le 29 décembre, une manifestation est prévue à la forêt de M’sila, en collaboration avec les Scouts musulmans algériens. «Le but est de sensibiliser les enfants sur le danger du Net et de leur apprendre à être méfiants en navigant sur la Toile», a affirmé Mme Tabet. Dans le même cadre, des séances de sensibilisation ont déjà été entamées par les cellules de proximité relevant de l’Agence de développement social au niveau des établissements scolaires de quelques communes. De son côté, la direction de la formation professionnelle prévoit aussi des actions de sensibilisation au niveau des centres et des instituts de formation, selon la même source. «Blue whale challenge», ou «Défi de la baleine bleue», l’application internet qui pousse les jeunes au suicide, fait rage dans le monde entier. En Algérie, ses premières victimes se font de plus en plus nombreuses depuis quelques jours dans les différentes régions du pays. La campagne s’étalera jusqu’au mois de juin, selon Mme Tabet.    

Fermer Fermer

(21/12/2017 - 12:00)

Les smartphones série E débarquent sur le marché algérien  Voir?

Filiale de l’Entreprise nationale des industries électroniques, ENIE Mobile a entamé son show de présentation à l’hôtel Cherif de Sidi Bel Abbès en mettant l’accent sur la fiabilité et la qualité de ses produits qui seront proposés à des prix «imbattables», compris entre 2000 et 30 000 DA. La série E sera disponible à partir de la fin 2017, mais pourra être précommandée dans les prochains jours. Le E7, avec reconnaissance digitale, a été dévoilé en premier. Véritable vitrine technologique d’ENIE Mobile, le E7 dispose d’un écran 5,5 inch (720x1280), une mémoire 3 Go Ram+32 Go et deux caméras (arrière 13Mp, frontale 8 MP). Il fonctionne sous système d’exploitation Androïd 7.0 et dispose d’une très longue autonomie grâce à une batterie de 3000 Amh. Le smartphone E5 à écran HD (720x1280) est doté d’une mémoire 3 Gb Ram+ 16 Gb ainsi que deux caméras (arrière 8Mp, frontale 5Mp) avec système Androïd 6.0. En entrée de gamme, ENIE Mobile propose le EF1 avec mémoire de 32 Mb RAM+ 62 Mo ROM. Six autres produits de la série E seront mis sur le marché à compter du premier semestre 2018. «L’ENIE amorce une nouvelle courbe ascendante dans la fabrication de produits électroniques professionnels et grand public. Nous sommes fiers aujourd’hui de présenter à nos clients des produits fabriqués en Algérie et destinés à un très large public avec un rapport qualité/prix avantageux», déclare le PDG de l’ENIE, Djamel Bekara, devant un parterre de distributeurs de la région, d’industriels, de jeunes cadres de l’entreprise, des représentants du distributeur exclusif de la marque ENIE Mobile et des médias. Les smartphones de la série E sont le fruit d’un partenariat public-privé avec le Hamana Group (HG) Power, distributeur de produits électroménagers et électroniques depuis 2010. Pour le directeur général de HG Power, Brahim Hamana, le projet ENIE Mobile est l’aboutissement d’un partenariat économique et commercial entamé en 2017 à la faveur du démarrage effectif de nouvelles unités de production au niveau du complexe électronique ENIE. Partenariat public-privé «Le lancement des smartphones ENIE en partenariat avec Hamana Group Power constitue un point de départ pour la promotion de la production nationale. C’est aussi un exemple concret des possibilités qu’offre le partenariat public-privé dans le secteur très dynamique de l’électronique grand public», souligne-t-il. Hamana Group est, présentement, spécialisé dans la distribution de la téléphonie mobile et accessoires mobiles de la marque sud-coréenne LG. «Les compétences intégrées de Hamana Group en termes de logistique, marketing et flux financiers, et son expertise métier en font un partenaire incontournable sur le marché», ajoute-t-il. Selon Akram Stihi, Product and Training manager, une large campagne de promotion de la série E sera lancée prochainement sur plusieurs supports médias pour s’assurer un positionnement rapide sur le marché des smartphones en Algérie. «Le partenariat public-privé, entre ENIE Mobile et Hamana Group, permet de disposer de produits de qualité supérieure et d’une flexibilité éco-nomique et commerciale pour la promotion de la production natio-nale», note-t-il. Les produits de la série E seront présents à la Foire de la production nationale, du 21 au 27 décembre, à la Safex, aux Pins Maritimes (Alger), selon M. Bekara. ENIE Mobile et Hamana Group ont, lors de la cérémonie de présentation de la série E, annoncé d’autres partenariats à l’avenir dans le domaine de l’électroménager.

Lire la suite Lire la suite

Les smartphones série E débarquent sur le marché algérien  Voir?

Filiale de l’Entreprise nationale des industries électroniques, ENIE Mobile a entamé son show de présentation à l’hôtel Cherif de Sidi Bel Abbès en mettant l’accent sur la fiabilité et la qualité de ses produits qui seront proposés à des prix «imbattables», compris entre 2000 et 30 000 DA. La série E sera disponible à partir de la fin 2017, mais pourra être précommandée dans les prochains jours. Le E7, avec reconnaissance digitale, a été dévoilé en premier. Véritable vitrine technologique d’ENIE Mobile, le E7 dispose d’un écran 5,5 inch (720x1280), une mémoire 3 Go Ram+32 Go et deux caméras (arrière 13Mp, frontale 8 MP). Il fonctionne sous système d’exploitation Androïd 7.0 et dispose d’une très longue autonomie grâce à une batterie de 3000 Amh. Le smartphone E5 à écran HD (720x1280) est doté d’une mémoire 3 Gb Ram+ 16 Gb ainsi que deux caméras (arrière 8Mp, frontale 5Mp) avec système Androïd 6.0. En entrée de gamme, ENIE Mobile propose le EF1 avec mémoire de 32 Mb RAM+ 62 Mo ROM. Six autres produits de la série E seront mis sur le marché à compter du premier semestre 2018. «L’ENIE amorce une nouvelle courbe ascendante dans la fabrication de produits électroniques professionnels et grand public. Nous sommes fiers aujourd’hui de présenter à nos clients des produits fabriqués en Algérie et destinés à un très large public avec un rapport qualité/prix avantageux», déclare le PDG de l’ENIE, Djamel Bekara, devant un parterre de distributeurs de la région, d’industriels, de jeunes cadres de l’entreprise, des représentants du distributeur exclusif de la marque ENIE Mobile et des médias. Les smartphones de la série E sont le fruit d’un partenariat public-privé avec le Hamana Group (HG) Power, distributeur de produits électroménagers et électroniques depuis 2010. Pour le directeur général de HG Power, Brahim Hamana, le projet ENIE Mobile est l’aboutissement d’un partenariat économique et commercial entamé en 2017 à la faveur du démarrage effectif de nouvelles unités de production au niveau du complexe électronique ENIE. Partenariat public-privé «Le lancement des smartphones ENIE en partenariat avec Hamana Group Power constitue un point de départ pour la promotion de la production nationale. C’est aussi un exemple concret des possibilités qu’offre le partenariat public-privé dans le secteur très dynamique de l’électronique grand public», souligne-t-il. Hamana Group est, présentement, spécialisé dans la distribution de la téléphonie mobile et accessoires mobiles de la marque sud-coréenne LG. «Les compétences intégrées de Hamana Group en termes de logistique, marketing et flux financiers, et son expertise métier en font un partenaire incontournable sur le marché», ajoute-t-il. Selon Akram Stihi, Product and Training manager, une large campagne de promotion de la série E sera lancée prochainement sur plusieurs supports médias pour s’assurer un positionnement rapide sur le marché des smartphones en Algérie. «Le partenariat public-privé, entre ENIE Mobile et Hamana Group, permet de disposer de produits de qualité supérieure et d’une flexibilité éco-nomique et commerciale pour la promotion de la production natio-nale», note-t-il. Les produits de la série E seront présents à la Foire de la production nationale, du 21 au 27 décembre, à la Safex, aux Pins Maritimes (Alger), selon M. Bekara. ENIE Mobile et Hamana Group ont, lors de la cérémonie de présentation de la série E, annoncé d’autres partenariats à l’avenir dans le domaine de l’électroménager.

Fermer Fermer

(19/12/2017 - 12:00)

L’initiative «Oran Silicon Valley» prend forme  Voir?

La deuxième édition de l’événement «Oran Silicon Valley algérienne» a eu lieu samedi, au Méridien, à l’initiative du FCE. Cette initiative, dédiée aux nouvelles technologies, ambitionne de contribuer à l’émergence en Algérie de start-up ou d’entreprises innovantes, qui représenteront le socle de l’économie de demain. La présence à cette rencontre du S/G du ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, du wali d’Oran et du président du FCE, démontre l’intérêt accordé à ce secteur autant par les autorités que par le monde de l’entreprise, auquel il faut ajouter le monde universitaire, représenté à l’occasion par les recteurs, mais aussi les chercheurs et les étudiants. Précisément pour ce dernier cas, parmi les exposants (activité annexe à la rencontre-débats), des étudiants, affiliés à un club de l’Institut des technologies de l’information et de la communication basé à Oran, ont conçu un prototype de drone pour les sauvetages en mer, avec une connexion qui permet une localisation instantanée du baigneur, qui porte un bracelet pour les cas d’urgence. Les moyens mis à la disposition des étudiants, comme l’imprimante 3D, avec laquelle sont par exemple conçues les petites hélices du drone, sont particulièrement motivants et c’est par ailleurs cette expérience à petite échelle qui demande à être généralisée dans le monde réel de l’entreprise et des affaires. Certains des témoignages présentés au public, représentant des parcours dits «atypiques» démontrent à quel point il est utile de mettre en place ce concept de la «Silicon Valley», déjà expérimenté dans des pays autres que les Etats-Unis. Celui-ci permet à tout porteur d’idées innovantes de trouver un cadre idéal et des facilités pour fructifier ses projets. En tant qu’opérateur économique, Ooredoo est l’un des acteurs qui ont contribué à développer des start-up en Algérie, en parrainant des initiatives ou en créant des espaces dédiés notamment en partenariat avec l’Agence nationale de développement de la PME. Les efforts n’ont pas été vains, puisque même dans le domaine du logiciel, le représentant de cette entreprise estime à 273 le nombre d’applications développées par des compétences nationales et qui ont généré près de 3 000 000 de téléchargements. Sur un autre registre, le groupe Hasnaoui, habituellement spécialisé dans le bâtiment, s’est lancé dans les télécommunications avec la création de la filiale HTA, pour répondre à un besoin précis, celui d’éradiquer les antennes paraboliques qui défigurent le paysage urbain. Il fallait trouver une solution alternative à la réception par satellite et c’est pour cela que le groupe s’est doté de son propre Data Center à Oran, afin de gérer les besoins de ses 2000 abonnés, à qui il propose 180 chaînes accessibles par la formule IPTV. Parmi les intervenants, certains peuvent être considérés comme des pionniers, c’est le cas de Djawed Allal qui, au début des années 2000, a créé sa première entreprise MainSoft pour proposer ce qu’on appelle aujourd’hui des «solutions d’intégration et de transformation digitale» et son premier projet lui a été confié par le secteur judiciaire à Oran. «Aujourd’hui, le résultat est visible, à l’exemple de la facilité du retrait du casier judiciaire, et je suis fier d’y avoir contribué», a-t-il indiqué. Sa société n’a pas survécu aux difficultés financières mais il a pu rebondir avec Adex Technology, qui propose l’intégration de solutions au profit des entreprises. En accordant un intérêt particulier à la génération née après 1995, il pense surtout au fait que les jeunes d’aujourd’hui sont plus familiers avec les nouvelles technologies et qu’ils sont de fait porteurs de renouveau. «Cette génération représente le véritable socle de la transformation digitale, qui a déjà commencé, et qui est inévitable pour celui qui ne veut pas rater la prochaine étape du développement industriel». C’est sans doute pour cela qu’il lance un appel aux pouvoirs publics afin de réduire les taxes imposées sur le matériel et les équipements informatiques. Bouzid Mehdi n’avait que 18 ans en 2006 lorsqu’il a lancé le site Oued Kniss. Aujourd’hui, avec le million de visites par jour et les 2600 abonnés (des magasins en ligne), la réussite est visible. «Le public algérien s’adapte très vite aux innovations, mais ce qu’il faut c’est simplifier les idées et les procédures», indique-t-il. Se basant sur sa propre expérience, il fera remarquer que, de manière générale, «les jeunes ne sont pas pris au sérieux lorsqu’ils se présentent pour demander un appui qui n’est pas forcément financier». Les choses sont peut-être en train de changer, et l’initiative du FCE en est en quelque sorte l’illustration. D’autres jeunes se sont lancés dans des expériences diverses, même si elles sont plus récentes, comme les initiateurs de Dirassatic, pour atténuer l’échec scolaire, Emploitic, pour les recherches d’emploi en ligne, une tendance qui va en s’amplifiant, Beeform, solution e-learning pour les formations en masse, Jumia Algérie, le 1er site de e-commerce en Algérie proposant des livraisons à domicile et tant d’autres expériences. Issu de la diaspora algérienne ayant beaucoup travaillé à l’étranger, Zine Seghier est le fondateur de la société Issal, premier fournisseur du service Cloud en Algérie. «Nous sommes le représentant officiel de Google en Algérie et nous disposons de notre propre Data Center avec 2500 serveurs virtuels opérationnels», indique-t-il. Sur internet se pose le problème de la confidentialité des informations qui sont stockées quelque part, mais le représentant d’Issal met en avant une certaine autonomie en assurant que «même lorsqu’un câble internet rompt, la messagerie locale continue de fonctionner». La société Alfatron, basée à Hassi Ameur (Oran), fabrique déjà des microordinateurs, des portables, des serveurs, etc. «Nous sommes en train de travailler sur la réalisation d’un super calculateur algérien ou unité de calcul intensif pouvant être mis au profit des universités, avec également des logiciels qui sont conçus entièrement par des Algériens», indique le représentant de cette usine qui existe depuis 24 ans, mais qui n’est pas très connue, car elle privilégie le travail avec les professionnels au lieu du grand public. Lui aussi considère que pour sécuriser le pays, il faut un grand Data Center local, mais il appelle en même temps les pouvoirs publics à améliorer le débit de la connexion. A noter qu’un mémorandum a été signé entre Jil FCE et ZTE, un équipementier, pour la formation et l’acquisition du savoir-faire dans le domaine du déploiement de la fibre optique, un élément essentiel dans le transfert de données.  

Lire la suite Lire la suite

L’initiative «Oran Silicon Valley» prend forme  Voir?

La deuxième édition de l’événement «Oran Silicon Valley algérienne» a eu lieu samedi, au Méridien, à l’initiative du FCE. Cette initiative, dédiée aux nouvelles technologies, ambitionne de contribuer à l’émergence en Algérie de start-up ou d’entreprises innovantes, qui représenteront le socle de l’économie de demain. La présence à cette rencontre du S/G du ministère de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, du wali d’Oran et du président du FCE, démontre l’intérêt accordé à ce secteur autant par les autorités que par le monde de l’entreprise, auquel il faut ajouter le monde universitaire, représenté à l’occasion par les recteurs, mais aussi les chercheurs et les étudiants. Précisément pour ce dernier cas, parmi les exposants (activité annexe à la rencontre-débats), des étudiants, affiliés à un club de l’Institut des technologies de l’information et de la communication basé à Oran, ont conçu un prototype de drone pour les sauvetages en mer, avec une connexion qui permet une localisation instantanée du baigneur, qui porte un bracelet pour les cas d’urgence. Les moyens mis à la disposition des étudiants, comme l’imprimante 3D, avec laquelle sont par exemple conçues les petites hélices du drone, sont particulièrement motivants et c’est par ailleurs cette expérience à petite échelle qui demande à être généralisée dans le monde réel de l’entreprise et des affaires. Certains des témoignages présentés au public, représentant des parcours dits «atypiques» démontrent à quel point il est utile de mettre en place ce concept de la «Silicon Valley», déjà expérimenté dans des pays autres que les Etats-Unis. Celui-ci permet à tout porteur d’idées innovantes de trouver un cadre idéal et des facilités pour fructifier ses projets. En tant qu’opérateur économique, Ooredoo est l’un des acteurs qui ont contribué à développer des start-up en Algérie, en parrainant des initiatives ou en créant des espaces dédiés notamment en partenariat avec l’Agence nationale de développement de la PME. Les efforts n’ont pas été vains, puisque même dans le domaine du logiciel, le représentant de cette entreprise estime à 273 le nombre d’applications développées par des compétences nationales et qui ont généré près de 3 000 000 de téléchargements. Sur un autre registre, le groupe Hasnaoui, habituellement spécialisé dans le bâtiment, s’est lancé dans les télécommunications avec la création de la filiale HTA, pour répondre à un besoin précis, celui d’éradiquer les antennes paraboliques qui défigurent le paysage urbain. Il fallait trouver une solution alternative à la réception par satellite et c’est pour cela que le groupe s’est doté de son propre Data Center à Oran, afin de gérer les besoins de ses 2000 abonnés, à qui il propose 180 chaînes accessibles par la formule IPTV. Parmi les intervenants, certains peuvent être considérés comme des pionniers, c’est le cas de Djawed Allal qui, au début des années 2000, a créé sa première entreprise MainSoft pour proposer ce qu’on appelle aujourd’hui des «solutions d’intégration et de transformation digitale» et son premier projet lui a été confié par le secteur judiciaire à Oran. «Aujourd’hui, le résultat est visible, à l’exemple de la facilité du retrait du casier judiciaire, et je suis fier d’y avoir contribué», a-t-il indiqué. Sa société n’a pas survécu aux difficultés financières mais il a pu rebondir avec Adex Technology, qui propose l’intégration de solutions au profit des entreprises. En accordant un intérêt particulier à la génération née après 1995, il pense surtout au fait que les jeunes d’aujourd’hui sont plus familiers avec les nouvelles technologies et qu’ils sont de fait porteurs de renouveau. «Cette génération représente le véritable socle de la transformation digitale, qui a déjà commencé, et qui est inévitable pour celui qui ne veut pas rater la prochaine étape du développement industriel». C’est sans doute pour cela qu’il lance un appel aux pouvoirs publics afin de réduire les taxes imposées sur le matériel et les équipements informatiques. Bouzid Mehdi n’avait que 18 ans en 2006 lorsqu’il a lancé le site Oued Kniss. Aujourd’hui, avec le million de visites par jour et les 2600 abonnés (des magasins en ligne), la réussite est visible. «Le public algérien s’adapte très vite aux innovations, mais ce qu’il faut c’est simplifier les idées et les procédures», indique-t-il. Se basant sur sa propre expérience, il fera remarquer que, de manière générale, «les jeunes ne sont pas pris au sérieux lorsqu’ils se présentent pour demander un appui qui n’est pas forcément financier». Les choses sont peut-être en train de changer, et l’initiative du FCE en est en quelque sorte l’illustration. D’autres jeunes se sont lancés dans des expériences diverses, même si elles sont plus récentes, comme les initiateurs de Dirassatic, pour atténuer l’échec scolaire, Emploitic, pour les recherches d’emploi en ligne, une tendance qui va en s’amplifiant, Beeform, solution e-learning pour les formations en masse, Jumia Algérie, le 1er site de e-commerce en Algérie proposant des livraisons à domicile et tant d’autres expériences. Issu de la diaspora algérienne ayant beaucoup travaillé à l’étranger, Zine Seghier est le fondateur de la société Issal, premier fournisseur du service Cloud en Algérie. «Nous sommes le représentant officiel de Google en Algérie et nous disposons de notre propre Data Center avec 2500 serveurs virtuels opérationnels», indique-t-il. Sur internet se pose le problème de la confidentialité des informations qui sont stockées quelque part, mais le représentant d’Issal met en avant une certaine autonomie en assurant que «même lorsqu’un câble internet rompt, la messagerie locale continue de fonctionner». La société Alfatron, basée à Hassi Ameur (Oran), fabrique déjà des microordinateurs, des portables, des serveurs, etc. «Nous sommes en train de travailler sur la réalisation d’un super calculateur algérien ou unité de calcul intensif pouvant être mis au profit des universités, avec également des logiciels qui sont conçus entièrement par des Algériens», indique le représentant de cette usine qui existe depuis 24 ans, mais qui n’est pas très connue, car elle privilégie le travail avec les professionnels au lieu du grand public. Lui aussi considère que pour sécuriser le pays, il faut un grand Data Center local, mais il appelle en même temps les pouvoirs publics à améliorer le débit de la connexion. A noter qu’un mémorandum a été signé entre Jil FCE et ZTE, un équipementier, pour la formation et l’acquisition du savoir-faire dans le domaine du déploiement de la fibre optique, un élément essentiel dans le transfert de données.  

Fermer Fermer

(19/12/2017 - 12:00)

Lancement demain des smartphones de la série E  Voir?

L’Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) a annoncé jeudi le lancement de ses nouveaux smartphones E1, E3, E5 et E7. La cérémonie de présentation de la gamme E, dont le E7 haut de gamme, aura lieu le 18 décembre à l’hôtel Cherif, de Sidi Bel Abbès. Selon le président-directeur général de l’ENIE, Djamel Bekara, le lancement de cette nouvelle série de smartphones constitue une «grande  percée» sur le marché très concurrentiel des smartphones en Algérie. Les prix et les spécifications techniques des nouveaux produits ENIE seront dévoilés lors d’une conférence de presse prévue en marge de la cérémonie de lancement. «La production de smartphones dans les ateliers rénovés de l’ENIE, avec un taux d’intégration évolutif et une technicité éprouvée dans l’industrie électronique, s’inscrit dans le cadre d’un ambitieux plan d’expansion des activités de l’entreprise», a-t-il précisé hier à El Watan. Au cours de la deuxième quinzaine du mois de décembre, les produits ENIE seront, selon lui, disponibles dans tous les points de vente du pays. Pour la commercialisation de la série E, les responsables de l’entreprise ont opté  pour un contrat de distribution exclusif avec un opérateur privé algérien disposant d’un des plus importants réseaux de vente de smartphones. «A travers ce partenariat public-privé, nous espérons nous positionner rapidement sur le marché national avec des produits très concurrentiels et de qualité supérieure», a ajouté le P-DG de l’ENIE. La production de smartphones à l’ENIE, amorcée il y a déjà plus d’un mois, devrait s’élever à 100 000 unités au premier trimestre 2018 avant d’atteindre un million d’unités par an à partir de 2019. «Nos objectifs pour les deux prochaines années sont de satisfaire les besoins du marché national, puis de pénétrer les marchés émergents d’Afrique et du Maghreb», dira-t-il. L’entrée en production, prochainement, de l’unité d’intégration électronique (IE) et le parachèvement du processus de mise à niveau technologique du complexe électronique ouvrira, selon M. Bekerra, des perspectives énormes au fleuron de l’industrie électronique en Algérie.

Lire la suite Lire la suite

Lancement demain des smartphones de la série E  Voir?

L’Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) a annoncé jeudi le lancement de ses nouveaux smartphones E1, E3, E5 et E7. La cérémonie de présentation de la gamme E, dont le E7 haut de gamme, aura lieu le 18 décembre à l’hôtel Cherif, de Sidi Bel Abbès. Selon le président-directeur général de l’ENIE, Djamel Bekara, le lancement de cette nouvelle série de smartphones constitue une «grande  percée» sur le marché très concurrentiel des smartphones en Algérie. Les prix et les spécifications techniques des nouveaux produits ENIE seront dévoilés lors d’une conférence de presse prévue en marge de la cérémonie de lancement. «La production de smartphones dans les ateliers rénovés de l’ENIE, avec un taux d’intégration évolutif et une technicité éprouvée dans l’industrie électronique, s’inscrit dans le cadre d’un ambitieux plan d’expansion des activités de l’entreprise», a-t-il précisé hier à El Watan. Au cours de la deuxième quinzaine du mois de décembre, les produits ENIE seront, selon lui, disponibles dans tous les points de vente du pays. Pour la commercialisation de la série E, les responsables de l’entreprise ont opté  pour un contrat de distribution exclusif avec un opérateur privé algérien disposant d’un des plus importants réseaux de vente de smartphones. «A travers ce partenariat public-privé, nous espérons nous positionner rapidement sur le marché national avec des produits très concurrentiels et de qualité supérieure», a ajouté le P-DG de l’ENIE. La production de smartphones à l’ENIE, amorcée il y a déjà plus d’un mois, devrait s’élever à 100 000 unités au premier trimestre 2018 avant d’atteindre un million d’unités par an à partir de 2019. «Nos objectifs pour les deux prochaines années sont de satisfaire les besoins du marché national, puis de pénétrer les marchés émergents d’Afrique et du Maghreb», dira-t-il. L’entrée en production, prochainement, de l’unité d’intégration électronique (IE) et le parachèvement du processus de mise à niveau technologique du complexe électronique ouvrira, selon M. Bekerra, des perspectives énormes au fleuron de l’industrie électronique en Algérie.

Fermer Fermer

(17/12/2017 - 12:00)

Application Yassir : Commandez un chauffeur en un clic !  Voir?

L’application est disponible sur Google Play Store et App store. Yassir veut faire partie d’une vraie révolution technologique en Algérie. La compagnie YA Technologies Algérie a animé hier à Alger une conférence de presse sur le pré-lancement des nouvelles fonctionnalités de son service de transport YAssir. Il s’agit d’un service de transport innovant qu’on peut utiliser avec son smartphone n’importe où et n’importe quand. Il permet à chacun de réserver un chauffeur et de se déplacer en toute sécurité. L’application est disponible sur Google Play Store et App store. Yassir veut faire partie d’une vraie révolution technologique en Algérie. Le secteur digital est devenu le secteur-clé pour une croissance économique moderne. Plusieurs facteurs ont poussé au lancement de ce projet : l’utilisation des équipements informatiques (ordinateurs, laptop), la plupart des Algériens sont connectés à internet à travers la 3G et la 4 G (au moins 13 millions de souscripteurs), l’utilisation de la téléphonie mobile (la plupart ont des smartphones) qui permet d’utiliser l’application Yassir. Les réseaux sociaux sont en augmentation. Le parc automobile représente 6 millions de voitures en  Algérie et une densité plus importante dans les grandes villes (Alger, Oran, Constantine). Les initiateurs précisent que cette entreprise n’est pas une société de taxis. Elle offre  une plate-forme dédiée principalement à relier deux particuliers : le client et un chauffeur qui est un partenaire pour la société. Il est recruté après un certain processus et travaille sous contrat. Une étude de marché a été effectuée pour voir si ce service est appelé à se développer.  Le citoyen utilisant de plus en plus la technologie et internet, le service des transports n’est pas assez développé, ce n’est pas facile de trouver un taxi, surtout en fin de soirée pour aller sur certaines destinations. Yassir est assimilé à Uber, mais l’approche est différente: ils capitalisent sur les valeurs sociales et les responsables ont l’ambition de former des chauffeurs au niveau du service et de la conduite et sur l’utilisation de la plate-forme, voire créer des écoles de perfectionnement des développeurs qui sont le cœur de cette activité. Ils veulent s’attaquer à d’autres services, tels que la livraison, la logistique et la santé. Il y aura d’autres fonctionnalités pour améliorer le service : le service VIP, qui permettra aux entreprises, associations et sociétés de réserver des voitures haut de gamme pour les professionnels et de bénéficier d’un service VIP inédit, le service réservation, qui permettra aux clients de réserver les chauffeurs à l’avance et le service facturation, qui permettra de recevoir les factures relatives à leurs courses par mail, soit automatiquement après le déroulement de chaque course ou bien mensuellement.  

Lire la suite Lire la suite

Application Yassir : Commandez un chauffeur en un clic !  Voir?

L’application est disponible sur Google Play Store et App store. Yassir veut faire partie d’une vraie révolution technologique en Algérie. La compagnie YA Technologies Algérie a animé hier à Alger une conférence de presse sur le pré-lancement des nouvelles fonctionnalités de son service de transport YAssir. Il s’agit d’un service de transport innovant qu’on peut utiliser avec son smartphone n’importe où et n’importe quand. Il permet à chacun de réserver un chauffeur et de se déplacer en toute sécurité. L’application est disponible sur Google Play Store et App store. Yassir veut faire partie d’une vraie révolution technologique en Algérie. Le secteur digital est devenu le secteur-clé pour une croissance économique moderne. Plusieurs facteurs ont poussé au lancement de ce projet : l’utilisation des équipements informatiques (ordinateurs, laptop), la plupart des Algériens sont connectés à internet à travers la 3G et la 4 G (au moins 13 millions de souscripteurs), l’utilisation de la téléphonie mobile (la plupart ont des smartphones) qui permet d’utiliser l’application Yassir. Les réseaux sociaux sont en augmentation. Le parc automobile représente 6 millions de voitures en  Algérie et une densité plus importante dans les grandes villes (Alger, Oran, Constantine). Les initiateurs précisent que cette entreprise n’est pas une société de taxis. Elle offre  une plate-forme dédiée principalement à relier deux particuliers : le client et un chauffeur qui est un partenaire pour la société. Il est recruté après un certain processus et travaille sous contrat. Une étude de marché a été effectuée pour voir si ce service est appelé à se développer.  Le citoyen utilisant de plus en plus la technologie et internet, le service des transports n’est pas assez développé, ce n’est pas facile de trouver un taxi, surtout en fin de soirée pour aller sur certaines destinations. Yassir est assimilé à Uber, mais l’approche est différente: ils capitalisent sur les valeurs sociales et les responsables ont l’ambition de former des chauffeurs au niveau du service et de la conduite et sur l’utilisation de la plate-forme, voire créer des écoles de perfectionnement des développeurs qui sont le cœur de cette activité. Ils veulent s’attaquer à d’autres services, tels que la livraison, la logistique et la santé. Il y aura d’autres fonctionnalités pour améliorer le service : le service VIP, qui permettra aux entreprises, associations et sociétés de réserver des voitures haut de gamme pour les professionnels et de bénéficier d’un service VIP inédit, le service réservation, qui permettra aux clients de réserver les chauffeurs à l’avance et le service facturation, qui permettra de recevoir les factures relatives à leurs courses par mail, soit automatiquement après le déroulement de chaque course ou bien mensuellement.  

Fermer Fermer

(14/12/2017 - 12:00)

LG veut doubler ses concurrents  Voir?

Témoignant de la confiance du constructeur sud-coréen en la compétence algérienne, LG Electronics a accordé le lancement d’un nouveau modèle stratégique directement made in Algeria. En effet, le tout premier modèle de la série Q de LG Mobile, le LG Q6, sortira incessamment de la nouvelle ligne de production de téléphones mobiles, en partenariat avec Bomare Company. Le dernier-né des smartphones LG Electronics (LG) doté d’un affichage Full Vision (affichage complet) sera prochainement disponible pour les consommateurs algériens. Le LG Q6, premier modèle de la nouvelle série de smartphones Q de LG, partage le même ADN que le G6 primé. Avec le «FullVision», LG propose un grand écran dans un téléphone confortablement utilisable avec une seule main, l’un des plus grands défis auxquels fait face la conception de smartphones cette décennie. Le Q6 se distingue par son écran FHD + Full Vision de 5,5 pouces. Cet affichage unique offre non seulement un espace d’écran maximal, mais permet également d’effectuer plus facilement de multiples tâches vu que l’écran peut être partagé en deux fenêtres parfaitement carrées, visibles à la verticale comme à l’horizontale. La durabilité est l’une des multiples caractéristiques-clés de ce smartphone. Son cadre en métal est constitué d’aluminium série 7000 -un alliage fort couramment utilisé dans les industries aérospatiales et maritimes- avec des coins arrondis pour dissiper l’énergie d’impact au cas où il venait à tomber. Le LG Q6 a été conçu selon la norme MIL-STD 810G, qui teste et mesure la réaction des appareils aux températures extrêmes, la pluie, l’humidité, le sable et la poussière, pour déterminer leur aptitude à être utilisés par les militaires des états-Unis. La batterie du Q6 est également soumise à un processus d’évaluation extra dur, plus exigeant que les normes de test internationales. Et pour dissiper efficacement la chaleur, un système  de refroidissement est incorporé à l’intérieur et les composants-clés sont conçus loin les uns des autres pour minimiser le chauffage interne. Autre caractéristique qui va faire la différence avec la concurrence : faire des selfies avec un appareil photo avant grand-angle de 100 degrés, qui permet d’inclure plus d’amis et d’arrière-plan dans le cadre. Le réglage grand angle immortalise la scène dans son intégralité, mais vous pouvez utiliser l’angle normal pour réaliser des portraits en gros plan plus personnalisés. Devenu le principal, voire l’unique, appareil photo pour de nombreux utilisateurs, l’achat d’un nouveau smartphone est fortement conditionné par ses qualités en photo.

Lire la suite Lire la suite

LG veut doubler ses concurrents  Voir?

Témoignant de la confiance du constructeur sud-coréen en la compétence algérienne, LG Electronics a accordé le lancement d’un nouveau modèle stratégique directement made in Algeria. En effet, le tout premier modèle de la série Q de LG Mobile, le LG Q6, sortira incessamment de la nouvelle ligne de production de téléphones mobiles, en partenariat avec Bomare Company. Le dernier-né des smartphones LG Electronics (LG) doté d’un affichage Full Vision (affichage complet) sera prochainement disponible pour les consommateurs algériens. Le LG Q6, premier modèle de la nouvelle série de smartphones Q de LG, partage le même ADN que le G6 primé. Avec le «FullVision», LG propose un grand écran dans un téléphone confortablement utilisable avec une seule main, l’un des plus grands défis auxquels fait face la conception de smartphones cette décennie. Le Q6 se distingue par son écran FHD + Full Vision de 5,5 pouces. Cet affichage unique offre non seulement un espace d’écran maximal, mais permet également d’effectuer plus facilement de multiples tâches vu que l’écran peut être partagé en deux fenêtres parfaitement carrées, visibles à la verticale comme à l’horizontale. La durabilité est l’une des multiples caractéristiques-clés de ce smartphone. Son cadre en métal est constitué d’aluminium série 7000 -un alliage fort couramment utilisé dans les industries aérospatiales et maritimes- avec des coins arrondis pour dissiper l’énergie d’impact au cas où il venait à tomber. Le LG Q6 a été conçu selon la norme MIL-STD 810G, qui teste et mesure la réaction des appareils aux températures extrêmes, la pluie, l’humidité, le sable et la poussière, pour déterminer leur aptitude à être utilisés par les militaires des états-Unis. La batterie du Q6 est également soumise à un processus d’évaluation extra dur, plus exigeant que les normes de test internationales. Et pour dissiper efficacement la chaleur, un système  de refroidissement est incorporé à l’intérieur et les composants-clés sont conçus loin les uns des autres pour minimiser le chauffage interne. Autre caractéristique qui va faire la différence avec la concurrence : faire des selfies avec un appareil photo avant grand-angle de 100 degrés, qui permet d’inclure plus d’amis et d’arrière-plan dans le cadre. Le réglage grand angle immortalise la scène dans son intégralité, mais vous pouvez utiliser l’angle normal pour réaliser des portraits en gros plan plus personnalisés. Devenu le principal, voire l’unique, appareil photo pour de nombreux utilisateurs, l’achat d’un nouveau smartphone est fortement conditionné par ses qualités en photo.

Fermer Fermer

(03/12/2017 - 12:00)

Dernière mise à jour : 18/02/2018 - 06:59


Culture
Histoire
Qui est qui?
Températures du jour
Alger
Sétif
Oran
Constantine
Annaba
Sidi-Bel-Abbès
Batna
Tizi Ouzou
Béchar
Ouargla
In Amenas
Tindouf
Adrar
Prières à Alger

Le DA vs $ et €