Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
Bon à savoir
Calendrier
Quiz
QCM simple
Quizz à réponses multiples
Elabweb PageRank

PageRank service www.visual-pagerank.net/

Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
ExeRN6
Recopier le code :
473 Abonnés
Visites

 628659 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Nouvelles

Le budget alloué à la recherche scientifique en Algérie représente à peine 0,63% du Produit intérieur brut (PIB) du pays, a indiqué mercredi à Alger, le directeur général de la recherche scientifique et du développement technologique, le professeur Hafid Aourag, lors d'une conférence.

«Il faut additionner les budgets de fonctionnement et d'équipement à celui du Fonds national de la recherche scientifique et du développement technologique (Fnrsdt) pour parvenir à un PIB de 0,63% », a déclaré M. Aourag.

L'objectif sera d'atteindre 1% du PIB, qui «restera encore loin » de la moyenne de certains pays émergeants, qui tourne autour de 1,5%, a souligné le directeur général.

Le financement de la recherche scientifique sur le FNRSDT 2011 avoisine les 30 milliards de dinars. Une enveloppe qui permettra, M. Aourag, de mener à terme les projets de construction de 846 laboratoires que nécessite le plan de développement allant à 2014.

Et, pour pérenniser cette dynamique, il faudra «garantir la durabilité des financements par une loi » ce qui permettra de fournir au pays la matière grise nécessaire à son essor.

La conférence, suivie par un parterre de techniciens, a été l'occasion de faire «un bilan certes mitigé de la recherche scientifique dans le pays après 50 ans d'indépendance, mais au demeurant positif de par les acquis et les expériences », a affirmé l'orateur.

Pour preuve, la stratégie élaborée par son département pour relancer le secteur de la recherche scientifique reste, en grande partie, inspirée de celle engagée au début des années 70 par l'Office National de la Recherche Scientifique (Onrs) qui, en 1973, a établi un plan quadriennal basé sur une «trinité » qui s'illustre par la recherche fondamentale, la recherche appliquée et enfin la recherche et développement, a expliqué le Professeur-chercheur.

Quant au «classements internationaux » des universités algériennes, M. Aourag a relativisé leur importance voire leur impact en arguant que l'université algérienne, la plus jeune à l'échelle continentale voire mondiale, de par l'indépendance du pays, ne compte que sur elle même, en fonction des moyens dont elle dispose, faisant ainsi allusion aux «scandales répétitifs » provoqués par les agissements de certains pays du Golf qui «achèteraient, question de prestige, à coups de subventions les travaux de recherches de scientifiques américains ».

Par ailleurs, «la décennie noire ajouté à l'instabilité institutionnelle des années 90 jumelée au manque d'argent ont été pour beaucoup dans la fuite des cerveaux algériens et des conséquences qui ont suivies en terme de retards accusés dans l'ensemble des domaines en général et celui de la recherche scientifique en particulier », a conclu M. Aourag
.

http://www.lexpressiondz.com/linformation_en_continue/148788-le-budget-alloue-a-la-recherche-scientifique-ne-depasse-pas-0-63-du-pib.html
Mercredi 22 Fevrier 2012


Culture
Températures du jour
Alger
Sétif
Oran
Constantine
Annaba
Sidi-Bel-Abbès
Batna
Tizi Ouzou
Béchar
Ouargla
In Amenas
Tindouf
Adrar
Prières à Alger

Le DA vs $ et €