Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
Bon à savoir
Calendrier
Quiz
QCM simple
Conjugaison
Etes-vous incollable en conjugaison ?
Quizz à réponses multiples
Calcul mental
Avez-vous de bons réflexes ?
Elabweb PageRank

PageRank service www.visual-pagerank.net/

Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
CLzx
Recopier le code :
473 Abonnés
Visites

 670117 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

Nouvelles

Des états généraux sur la recherche scientifique en Algérie seront organisés en 2012, a annoncé jeudi à Bou Ismail, M. Hafidh Aourag, directeur général de la Recherche scientifique et du Développement technologique (DGRSDT) au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

M. Aourag, qui a fait part de cet événement lors des travaux de la session ordinaire du conseil national du Syndicat national des chercheurs permanents (SNCP) qui se tient à l’Unité de développement des équipements solaires (UDES) de Bou Ismail, a précisé que celui-ci servira à «faire le point sur la situation en matière de recherche scientifique en Algérie». Il a estimé, en ce sens, que le problème auquel fait notamment face actuellement la recherche scien- tifique réside dans «la faiblesse de la qualification des chercheurs et des gestionnaires des centres et divisions de recher-che, dont 80% ne possèdent pas de doctorats".
 

M. Aourag a souligné qu'il sera remédié à cette situation à partir de 2012, par «la mise en place de critères de compétitivité élevés (avoir un doctorat au minimum) et par le développement de formations maison, c'est-à-dire non diplômantes pour empêcher la fuite des cerveaux. Selon lui, une réflexion est, par ailleurs, en cours pour trouver des solutions à tous les problèmes recensés, dont le plus urgent est de «veiller à axer les efforts sur le développement technologique qui reste le point faible de notre système et le handicap principal», a-t-il dit. Illustrant ses propos,        M. Aourag a souligné que l'Algérie ne possède que 480 chercheurs pour un million d'habitants alors que la moyen-ne mondiale est de 1 080 chercheurs pour un million.
«L’Algérie qui se targue d’avoir 20.000 chercheurs (enseignants et permanents) est très loin des standards internationaux, même si elle occupe d’excellentes positions en Afrique dans certains domaines, dont la 3e place en physique- chimie, la 2e en sciences des matériaux et la 4e en sciences de la terre, en mathématiques, en informatique et engineering», a-t-il observé. «Le défi que notre pays doit relever est celui de la ressource humaine qui peut transformer l’idée en innovation», a-t-il ajouté, expliquant que le système LMD et la création de grandes écoles spécialisées ont été programmés dans cet esprit de qualification et de préparation de la ressource humaine pour travailler et gérer les 100 centres de recherche qui seront réalisés d’ici à 2014».



Culture
Histoire
Qui est qui?
Températures du jour
Alger
Sétif
Oran
Constantine
Annaba
Sidi-Bel-Abbès
Batna
Tizi Ouzou
Béchar
Ouargla
In Amenas
Tindouf
Adrar
Prières à Alger

Le DA vs $ et €