Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
Bon à savoir
Calendrier
Quiz
QCM simple
Quizz à réponses multiples
Elabweb PageRank

PageRank service www.visual-pagerank.net/

Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
amnfbh
Recopier le code :
473 Abonnés
Visites

 627661 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Nouvelles
Les gérants de plus d’une dizaine d’espaces d’internet situés aux villes et villages relevant des communes de Sidi Mousa, de Baraki et des Eucalyptus, demandent ax clients ces derniers jours si leurs flash, disques et autres supports sont scannés avant de prendre place au cyber.Les virus sont autant que les attaques de hookers source de menace et d’inquiétude.Mais, la prévention est recommandée par ces ingénieurs formés et qui supervisent la moitié des espaces ouverts surtout à Baraki et aux Eucalyptus, ou se trouve le siège de l’unique Institut National de la Poste et de Téchnologies de l’Information et de la Communication, INPTIC, à la capitale.
n effet, le recours à l’usage de meilleures marques d’antivirus comme le fameux kaspersky, entre autres, est effectué par les plus anciens cybernautes de SidiMousa et deux ingénieurs en informtique,proppriétaires de cybers à Baraki.Pourcela,on voit l’afflux des usagers d’internet sur ces espaces memes s’ils ne sont pas forcèment établis dans desendroits stratégiques.Les clients ,souvent ,des universitaires ,technocrates et journalistes y vont en quéte de l’intégrité et la protection de leurs supports notamment les flashdisques.Quant aux navigateurs ,les sites web sont ciblés par de nombreuses menacesde pyratage, »La destruction de certains fichiers sont répétitifs ces derniers temps ,que ce soit par virus ,ou autreastuce. » Dit un adulte qui vient consulter son site gooogle ; au cyber présde l’APC des Eucalyptus.Par contre,dans d’autres espaces ,le manque de soin en matiére de prévention technique du matéril informatique est flagrant ,du fait ,ces nouveaux espaces sont ouverts parde trés jeunes adolescents charchnat plutot loccupation si ce n’est pas le passeteps que d’offrir des services en la matiére.Au moins ,les 5 cybercafés qu’on a visité,les cybernautes n’ont aucunes notion de prévention « off,le virus ,c’est rien ,cest comme un rhume ,ça passe avec le temps. » on note maintes singlantes répliques émanant de géarnts et d’usagers d’espaces internet.Certains clients abonnés e plaignent carrément de cete négligence sinon ignorance affichée en cequi concerne la protection des instruments informatiques.Quelques uns d’entre eux sont des assistants et enseignants et étudiants préparant lurs thése de promotion àl’INPTIC des Eucalyptus ont été contraints à organiser un petit atelier afin de débattre avec les informaticiens les différents aspects du phénoméne.Le débat auquel on a pu assister une partie nous a permis de souligner des remarques liés au sujet de la sécurité informatique . « Evidemment, il est question surtout de prendre au sérieux ce défi scientifique. » à l’avis ,d’un professeur de l’informatique à l’université de Bab ezzouar qui ajoute : « Il ne suffit pas de le prouver en citant les perturbations récurrentes du réseau dont souffrent les cybernautes,ni encore ,les impénétrations et destruction de données de certains journaux depuis le mois d’aviril dernier,car ce genre d’agression contre les sites web et autres préocédès informatique a été toujurs conçu comme source d’inquiétude de concepteurs ,d’encadreurs et d’opérateurs en matiéres de TIC. » D’aileurs, aux Etats Unis d’Amérique ,EUA Poursuit notre interlocuteur, « ce danger a été ressenti dans les années 1980 au niveaux des cercles scientifiques,puis il a pris de l’ampleur suite à la génèralisation de l’internet dans ce pays.D’ou, la question pertinente s’est insurgie « sur qui le pratique ? » ,est ce des utilisteurs de la sociétè civile,ou des réseaux d’intélligence informatiqu ?Pour répondre à cette question ,il a fallu ,apprécier l’opinion du chercheur Abedellouche, précisant qu’au début de cette millénaire,les menaces étaient purement technologiques,ayant trait aux défaillances en installations ,ou en gestion des infrastrucutres des réseaux,mais dans les pays les plus industrialisés,il convient de relèver que » les hockres ne sont que le fruit de l’extension des marchés de l’outil informatique en dehors des pays industrialisés,l’Afrique est désoramis concené.Il s’agit de groupes parasitaires cherchant tirer des profits lucratifs ,qui au fil des années ,se sont unis ,et ont formé une sorte de caretl comercial en l’absence de coordination des pays utilisateurs des TIC.Selon le meme interlocuteur, « le défi persiste ,mais il n’est pas évidemment invincible. » Cependant ,les étudiants ont focalisé leurs questions sur la luttecontr cette menace,ce qui a incté les participants au débat de faire d’intéréssantes propositions, à l’image de il « d »adopter des lois et des mesures d’exécution visant à assurer la protection des données ,et la confidentialité des ‘informations détenues par les établissements de l’état de par leurs prérorogatives officilelles et légales » mais aussi ,il est impérativement nécessaire de protéger les autres services de commerce élèctronique contre tout risque apaprent ou implicite ,car « dans le climat des affaires,les parties aux transactions doivent établir un lien de co


Culture
Températures du jour
Alger
Sétif
Oran
Constantine
Annaba
Sidi-Bel-Abbès
Batna
Tizi Ouzou
Béchar
Ouargla
In Amenas
Tindouf
Adrar
Prières à Alger

Le DA vs $ et €