En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Nouvelles

L’année 2016 n’a pas été de tout repos pour beaucoup, mais force est de constater que l’économie numérique devra une fière chandelle à cette année, qui a mis en place nombre de nouveautés.

Tops : 

Si la généralisation de l’e-paiement et de la 4ème génération de technologie mobile viennent en tête des nouveautés cette année, d’autres initiatives auront également choisi 2016 comme rampe de lancement, à l’image des espaces de coworking d’Alger et Sétif, à savoir The Address, Sylabs et « Mon Atelier ».

Au rayon des satisfactions, la multiplication des événements dédiés à l’économie numérique et à l’entrepreneuriat est à retenir. Outre les habituels Siftech, Webdays (qui fêtaient leurs 5 ans pour l’occasion), SICOM, semaine de l’entrepreneuriat et Algeria 2.0, 2016 a vu la tenue de la première édition de la compétition Hard Innovation au Centre de Développement des Technologies Avancées (CDTA), et la seconde de Seedstars Algeria- visant à récompenser les meilleures startups. Dans un aspect plus tech’, BSides Algiers a soufflé sa 5ème bougie, tandis StartHack voyait sa première édition se tenir à Médéa.

En plus de la 4G, le monde du mobile a connu une concurrence farouche entre les constructeurs ainsi que les opérateurs, qui veulent s’adjuger la part du lion dans un marché qui compte 17 millions de mobinautes et 43 millions d’utilisateurs de la téléphonie mobile. Djezzy a doublé son investissement dans les infrastructures et a lancé un incubateur de startups, tandis qu’Ooredoo et Mobilis continuent de proposer leur offre 4G dans plus de 20 wilayas.

Flops :

Malgré ces innombrables initiatives et bien d’autres, l’année a également été marquée par des flops qui ont laissé leur trace.

Les internautes ont été les plus touchés par ces manquements, d’abord avec la coupure du câble internet sous-marin reliant Annaba à Marseille et qui a causé des perturbations du trafic sur tout le territoire pendant plusieurs jours.

À peine remis de cette mésaventure, les internautes ont à nouveau été privés de leur média préféré, en raison de la tenue des épreuves du baccalauréat en juin. Les autorités ont ainsi décidé de couper l’accès à internet afin d’éviter la fuite des sujets. Résultat mitigé à cause du désormais célèbre protocole VPN.

https://geekyalgeria.com/retrospective-2016-du-numerique-en-algerie-peut-mieux-faire/

Lire la suite Lire la suite

L’année 2016 n’a pas été de tout repos pour beaucoup, mais force est de constater que l’économie numérique devra une fière chandelle à cette année, qui a mis en place nombre de nouveautés.

Tops : 

Si la généralisation de l’e-paiement et de la 4ème génération de technologie mobile viennent en tête des nouveautés cette année, d’autres initiatives auront également choisi 2016 comme rampe de lancement, à l’image des espaces de coworking d’Alger et Sétif, à savoir The Address, Sylabs et « Mon Atelier ».

Au rayon des satisfactions, la multiplication des événements dédiés à l’économie numérique et à l’entrepreneuriat est à retenir. Outre les habituels Siftech, Webdays (qui fêtaient leurs 5 ans pour l’occasion), SICOM, semaine de l’entrepreneuriat et Algeria 2.0, 2016 a vu la tenue de la première édition de la compétition Hard Innovation au Centre de Développement des Technologies Avancées (CDTA), et la seconde de Seedstars Algeria- visant à récompenser les meilleures startups. Dans un aspect plus tech’, BSides Algiers a soufflé sa 5ème bougie, tandis StartHack voyait sa première édition se tenir à Médéa.

En plus de la 4G, le monde du mobile a connu une concurrence farouche entre les constructeurs ainsi que les opérateurs, qui veulent s’adjuger la part du lion dans un marché qui compte 17 millions de mobinautes et 43 millions d’utilisateurs de la téléphonie mobile. Djezzy a doublé son investissement dans les infrastructures et a lancé un incubateur de startups, tandis qu’Ooredoo et Mobilis continuent de proposer leur offre 4G dans plus de 20 wilayas.

Flops :

Malgré ces innombrables initiatives et bien d’autres, l’année a également été marquée par des flops qui ont laissé leur trace.

Les internautes ont été les plus touchés par ces manquements, d’abord avec la coupure du câble internet sous-marin reliant Annaba à Marseille et qui a causé des perturbations du trafic sur tout le territoire pendant plusieurs jours.

À peine remis de cette mésaventure, les internautes ont à nouveau été privés de leur média préféré, en raison de la tenue des épreuves du baccalauréat en juin. Les autorités ont ainsi décidé de couper l’accès à internet afin d’éviter la fuite des sujets. Résultat mitigé à cause du désormais célèbre protocole VPN.

https://geekyalgeria.com/retrospective-2016-du-numerique-en-algerie-peut-mieux-faire/

Fermer Fermer


L’incubateur de projets dans le domaine des TIC, installé à l’Institut national des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication (INTTIC) d’Oran sera inauguré "au plus tard début 2017", a-t-on appris du directeur de cet établissement de l’enseignement supérieur.


Cet incubateur, mis en place en collaboration avec l’Agence nationale de promotion des Parcs technologiques (ANPT), sera le cadre idoine pour les étudiants pour mettre sur pied leurs projets innovants en matière de TIC, les concrétiser et, de ce fait, faire profiter l’économie nationale, a indiqué à l’APS Rachid Nourine.


"Nous avons lancé un appel à projets pour l’ensemble des étudiants intéressés, aussi bien dans notre institut que dans les autres universités de la région. Le bénéfice sera national", a-t-il souligné.


Une commission s’attellera sur l’étude des différentes propositions de projets et leurs impacts sur les plans socio-économiques. Les projets retenus traiteront essentiellement des TIC, des télécommunications et des systèmes d’information. Ils seront incubés dans cette enceinte et financés.


"L’installation de ces porteurs de projets illustre parfaitement une volonté de réunir toutes les conditions à même de favoriser l’émergence d’une société algérienne de l’information où les TIC seront mises à profit pour une vie meilleure", a jouté le même responsable.


Cet incubateur a été créé suite la signature, le 4 avril 2016, d’une convention entre l’INTTIC et l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), qui financera les projets développés dans ce cadre.

APS

http://www.maghrebemergent.com/actualite/breves/fil-maghreb/66814-algerie-l-incubateur-de-projets-dans-le-domaine-des-tic-d-oran-inaugure-en-2017-responsable.html

Lire la suite Lire la suite

L’incubateur de projets dans le domaine des TIC, installé à l’Institut national des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication (INTTIC) d’Oran sera inauguré "au plus tard début 2017", a-t-on appris du directeur de cet établissement de l’enseignement supérieur.


Cet incubateur, mis en place en collaboration avec l’Agence nationale de promotion des Parcs technologiques (ANPT), sera le cadre idoine pour les étudiants pour mettre sur pied leurs projets innovants en matière de TIC, les concrétiser et, de ce fait, faire profiter l’économie nationale, a indiqué à l’APS Rachid Nourine.


"Nous avons lancé un appel à projets pour l’ensemble des étudiants intéressés, aussi bien dans notre institut que dans les autres universités de la région. Le bénéfice sera national", a-t-il souligné.


Une commission s’attellera sur l’étude des différentes propositions de projets et leurs impacts sur les plans socio-économiques. Les projets retenus traiteront essentiellement des TIC, des télécommunications et des systèmes d’information. Ils seront incubés dans cette enceinte et financés.


"L’installation de ces porteurs de projets illustre parfaitement une volonté de réunir toutes les conditions à même de favoriser l’émergence d’une société algérienne de l’information où les TIC seront mises à profit pour une vie meilleure", a jouté le même responsable.


Cet incubateur a été créé suite la signature, le 4 avril 2016, d’une convention entre l’INTTIC et l’Agence nationale de promotion et de développement des parcs technologiques (ANPT), qui financera les projets développés dans ce cadre.

APS

http://www.maghrebemergent.com/actualite/breves/fil-maghreb/66814-algerie-l-incubateur-de-projets-dans-le-domaine-des-tic-d-oran-inaugure-en-2017-responsable.html

Fermer Fermer


ALGER - L'Algérie, grâce à sa stratégie de développement des technologies de l'information et de la communication, s'est imposée en 2016 comme l'un des pays les plus dynamiques dans ce domaine.

En effet, l'Algérie a affiché, au cours de cette année, des progrès substantiels dans sa politique d’édification de la société de l’information et de l’économie numérique, améliorant ainsi son score de neuf positions dans le classement établi par l’Union internationale des télécommunications (UIT) dans son rapport de 2016 sur la société de l'information.

Selon ce document, l'Algérie figure, cette année, parmi les trois pays dans le monde ayant le plus progressé en matière d'indice de développement des TIC qui est passé de 3.74 en 2015 à 4.40 en 2016, soit de la 112e à la 103e place en une année.

Pour rappel, entre 2010 et 2015, l’Algérie n'avait gagné qu'une seule place, passant de la 114e à la 112e place dans le classement mondial de 167 pays en matière d’indice de développement des TIC. 

Le secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao, a estimé, lors d'une visite à Alger, qu'en ce qui concerne le développement des TIC pour 2016, l’Algérie a avancé "assez vite" dépassant les 115%, par rapport aux autres pays du continent africain, et se hissant de 9 places dans le classement mondial, "ce qui est unique dans le monde arabe".

Ainsi, la stratégie nationale e-Algérie, adoptée en 2013 par le secteur de la Poste et des TIC avec pour principal objectif la diversification des technologies d’accès, dont le déploiement du haut et très haut débit fixe et mobile, commence à produire des résultats palpables.

Cette politique a permis cette année de renforcer davantage l'internet à très haut débit fixe (ADSL+) en atteignant plus de 70.000 kilomètres de réseau en fibre optique, une technologie qui permet une connexion 5 fois plus rapide que sur le fil en cuivre, puisque les débits de téléchargement vont de 20 Mo jusqu'à 100 Mo.

Outre la fibre optique, l'Algérie s'est attelée à améliorer sensiblement l'internet mobile en lançant en 2016 la 4G, un réseau qui permet un débit jusqu'à 10 fois plus rapide que celui de la 3G disponible depuis trois ans.

La 4G implique de meilleures performances dans les téléchargements de contenus, ainsi que lors d’envois effectués à partir d’un smartphone ou tablette.

Le visionnage en streaming de vidéo en haute définition, l'écoute de contenus audio, les téléchargements de photos et fichiers volumineux seront d'une très grande simplicité, ce qui contribuera à faciliter la vie des citoyens et des professionnels utilisant leurs mobiles comme outils de travail.

La 4G accélère l'usage des TIC

Attendu depuis des années aussi bien par les citoyens que par les opérateurs, la 4G, lancée officiellement début octobre dernier, devra booster l'utilisation des TIC en Algérie.

Et pour cause, dès sa mise en exploitation par les trois opérateurs de la téléphonie mobile (Mobilis, Ooredoo et Djezzy), la 4G a connu un engouement certain de la part des internautes algériens qui se sont rués, dès l'annonce de son lancement, vers les agences commerciales afin de mettre à niveau leurs puces 3G avec cette nouvelle technologie.

Pour d'autres internautes, il fallait changer carrément de smartphone pour un appareil adapté à la 4G, ce qui a favorisé une dynamique dans le marché de la téléphonie mobile.   

Cette dynamique a incité les opérateurs de la téléphonie mobile à accélérer le déploiement de la 4G en Algérie, dépassant même les objectifs tracés dans le cahier des charges.

Avec cette nouvelle technologie, des spécialistes prévoient une importante pénétration des TIC à travers notamment l'émergence de nouveaux contenus et services locaux et le développement de la réalité virtuelle.

Pour le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la Communication, le  lancement de la 4G s'inscrit en droite ligne de la politique nationale visant l'émergence d'une administration plus moderne et plus accessible et un service public qui assure le confort des citoyens avec des prestations simplifiées et, surtout, de qualité.

En outre, et parallèlement à la 4G, l'Algérie a lancé le paiement électronique, un service tendant à faciliter les transactions financières, qui est l'une des principales phases du processus de modernisation du service bancaire et du système de paiement, inscrite dans le cadre de la stratégie e-Algérie.

Le e-paiement tend non seulement à réduire les coûts et les durées des transactions bancaires, mais également contribue à l'amélioration de la trésorerie des entreprises, selon des experts.

Cette nouveauté permettra d'effectuer à distance, via internet, en toute sécurité et rapidité, 7j/7 et 24h/24, des opérations d'achat de biens et/ou de services auprès des sites marchands des entreprises qui acceptent le paiement en ligne par cartes interbancaires (CIB).

Dans ce cadre, plus de 500.000 mots de passe ont déjà été attribués aux détenteurs de cartes bancaires (estimés à 1,3 million) en seulement quelques semaines du lancement de la prestation du paiement électronique qui a concerné au départ une dizaine de banques et autant d'entreprises.

http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/51253-2016-l-alg%C3%A9rie-s-impose-comme-l-un-des-pays-les-plus-dynamiques-dans-le-domaine-des-tic

Lire la suite Lire la suite

ALGER - L'Algérie, grâce à sa stratégie de développement des technologies de l'information et de la communication, s'est imposée en 2016 comme l'un des pays les plus dynamiques dans ce domaine.

En effet, l'Algérie a affiché, au cours de cette année, des progrès substantiels dans sa politique d’édification de la société de l’information et de l’économie numérique, améliorant ainsi son score de neuf positions dans le classement établi par l’Union internationale des télécommunications (UIT) dans son rapport de 2016 sur la société de l'information.

Selon ce document, l'Algérie figure, cette année, parmi les trois pays dans le monde ayant le plus progressé en matière d'indice de développement des TIC qui est passé de 3.74 en 2015 à 4.40 en 2016, soit de la 112e à la 103e place en une année.

Pour rappel, entre 2010 et 2015, l’Algérie n'avait gagné qu'une seule place, passant de la 114e à la 112e place dans le classement mondial de 167 pays en matière d’indice de développement des TIC. 

Le secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao, a estimé, lors d'une visite à Alger, qu'en ce qui concerne le développement des TIC pour 2016, l’Algérie a avancé "assez vite" dépassant les 115%, par rapport aux autres pays du continent africain, et se hissant de 9 places dans le classement mondial, "ce qui est unique dans le monde arabe".

Ainsi, la stratégie nationale e-Algérie, adoptée en 2013 par le secteur de la Poste et des TIC avec pour principal objectif la diversification des technologies d’accès, dont le déploiement du haut et très haut débit fixe et mobile, commence à produire des résultats palpables.

Cette politique a permis cette année de renforcer davantage l'internet à très haut débit fixe (ADSL+) en atteignant plus de 70.000 kilomètres de réseau en fibre optique, une technologie qui permet une connexion 5 fois plus rapide que sur le fil en cuivre, puisque les débits de téléchargement vont de 20 Mo jusqu'à 100 Mo.

Outre la fibre optique, l'Algérie s'est attelée à améliorer sensiblement l'internet mobile en lançant en 2016 la 4G, un réseau qui permet un débit jusqu'à 10 fois plus rapide que celui de la 3G disponible depuis trois ans.

La 4G implique de meilleures performances dans les téléchargements de contenus, ainsi que lors d’envois effectués à partir d’un smartphone ou tablette.

Le visionnage en streaming de vidéo en haute définition, l'écoute de contenus audio, les téléchargements de photos et fichiers volumineux seront d'une très grande simplicité, ce qui contribuera à faciliter la vie des citoyens et des professionnels utilisant leurs mobiles comme outils de travail.

La 4G accélère l'usage des TIC

Attendu depuis des années aussi bien par les citoyens que par les opérateurs, la 4G, lancée officiellement début octobre dernier, devra booster l'utilisation des TIC en Algérie.

Et pour cause, dès sa mise en exploitation par les trois opérateurs de la téléphonie mobile (Mobilis, Ooredoo et Djezzy), la 4G a connu un engouement certain de la part des internautes algériens qui se sont rués, dès l'annonce de son lancement, vers les agences commerciales afin de mettre à niveau leurs puces 3G avec cette nouvelle technologie.

Pour d'autres internautes, il fallait changer carrément de smartphone pour un appareil adapté à la 4G, ce qui a favorisé une dynamique dans le marché de la téléphonie mobile.   

Cette dynamique a incité les opérateurs de la téléphonie mobile à accélérer le déploiement de la 4G en Algérie, dépassant même les objectifs tracés dans le cahier des charges.

Avec cette nouvelle technologie, des spécialistes prévoient une importante pénétration des TIC à travers notamment l'émergence de nouveaux contenus et services locaux et le développement de la réalité virtuelle.

Pour le ministère de la Poste et des Technologies de l'information et de la Communication, le  lancement de la 4G s'inscrit en droite ligne de la politique nationale visant l'émergence d'une administration plus moderne et plus accessible et un service public qui assure le confort des citoyens avec des prestations simplifiées et, surtout, de qualité.

En outre, et parallèlement à la 4G, l'Algérie a lancé le paiement électronique, un service tendant à faciliter les transactions financières, qui est l'une des principales phases du processus de modernisation du service bancaire et du système de paiement, inscrite dans le cadre de la stratégie e-Algérie.

Le e-paiement tend non seulement à réduire les coûts et les durées des transactions bancaires, mais également contribue à l'amélioration de la trésorerie des entreprises, selon des experts.

Cette nouveauté permettra d'effectuer à distance, via internet, en toute sécurité et rapidité, 7j/7 et 24h/24, des opérations d'achat de biens et/ou de services auprès des sites marchands des entreprises qui acceptent le paiement en ligne par cartes interbancaires (CIB).

Dans ce cadre, plus de 500.000 mots de passe ont déjà été attribués aux détenteurs de cartes bancaires (estimés à 1,3 million) en seulement quelques semaines du lancement de la prestation du paiement électronique qui a concerné au départ une dizaine de banques et autant d'entreprises.

http://www.aps.dz/sante-sciences-tech/51253-2016-l-alg%C3%A9rie-s-impose-comme-l-un-des-pays-les-plus-dynamiques-dans-le-domaine-des-tic

Fermer Fermer


L’Algérie tend à se rapprocher du niveau de développement des Technologies de l’information et de communications de ses voisins marocains et tunisiens. Elle est classée par l’UIT dans la catégorie des pays dynamiques dans ce domaine, grâce l’avènement de l’Internet mobile.

L’Algérie a considérablement amélioré son classement dans le rapport de l’Union internationale des télécommunications (UIT) "Mesurer la société de l’information 2016", publié récemment, mais demeure toujours mal classée, en se plaçant à la 103ème place sur un total de 175 nations comparées. Le rapport de l’UIT qui constitue un recueil de données et des analyses les plus fiables, mesure le niveau global développement des TIC dans le monde à travers 11 indicateurs.

A l’échelle régionale, l’Algérie est au bas du classement en Afrique du Nord, la Libye étant exclue de l’évaluation pour l’édition 2016. C’est la Tunisie qui se place en leader régional ; 4ème en Afrique (95ème mondiale) derrière l’Ile Maurice (73ème mondial), les Seychelles (86ème) et l’Afrique du Sud (88ème). Le Maroc s’est offert la 2ème place en Afrique du Nord (5ème sur le continent et 95ème mondiale), suivi de l’Egypte (100ème mondiale).

L’Algérie figure néanmoins, pour la première fois depuis le lancement de ce baromètre par l’UIT en 2009, dans le top 10 africain, en se plaçant devant le Botswana (108ème) et le Ghana (112ème). Elle est d’ailleurs classée dans la catégorie des pays ayant accomplis des "progrès substantiels" en matière de développement TIC, en passant de la 113ème à la 103ème place mondiale.

Amélioration des indicateurs

Si les résultats montrent que la quasi-totalité des 175 pays couverts par l’Indice de développement des TIC (IDI) ont enregistré des progressions entre 2015 et 2016, quelques pays tirent leur épingle du jeu à l’image de l’Algérie qui a enregistré l’amélioration moyenne la plus importante de son IDI dans la région grâce à la pénétration de l’internet mobile. Sa valeur globale de l'IDI a augmenté de 0,66 points, contre 0,35 points pour le Maroc, 0,34 points pour la Tunisie.

La croissance des performances de l'IDI en Algérie a été stimulée par les améliorations des indicateurs de la proportion des internautes et des ménages à utiliser Internet et de la pénétration des abonnements au large bande mobile. Ce sont "ces développements" qui ont permis à l’Algérie de "progresser sur d'autres pays ayant des valeurs et des classements identiques de l'IDI en 2015", expliquent les auteurs du rapport.

Si le monde est de plus en plus connecté, le rapport de l’UIT révèle des inégalités socio-économiques qui ne cessent de se creuser. "Si l'on veut accroître le nombre de personnes connectées, il est important de s'efforcer de réduire les inégalités socio-économiques en général", a déclaré le Secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao. "Les niveaux d'instruction et de revenu sont des facteurs déterminants dans le fait que les personnes utilisent ou non l'Internet. Les TIC joueront un rôle de premier plan dans la
réalisation de chacun des 17 Objectifs de développement durable (ODD) et ce rapport contribue de façon essentielle au processus de réalisation de ces Objectifs. Le suivi des progrès passe nécessairement par une activité de mesure et l'élaboration de rapports; voilà pourquoi, chaque année, l'UIT rassemble des données et publie ce document majeur".

La Corée du Sud championne des TIC

Pour la deuxième année consécutive, la Corée du Sud arrive en tête du classement IDI. Le Top 10 de ce classement mondial comprend deux autres pays de la région Asie-Pacifique, en l’occurrence Hong Kong (6ème) et le Japon (10ème) et sept pays européens : l’Islande (2ème), le Danemark (3ème), la Suisse (4ème), le Royaume Uni (5ème), la Suède (7ème), les Pays Bas (8ème) et la Norvège (9ème).

Entre 2015 et 2016, "l'utilisation des TIC a davantage progressé que l'accès, et ce essentiellement du fait de la forte progression de l'adoption du large bande mobile partout dans le monde. Un nombre croissant de personnes, en particulier dans les pays en développement, ont pu ainsi entrer de plain‑pied dans la société de l'information et profiter des nombreux services et applications fournis via l'Internet", explique Brahima Sanou, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT qui élabore ce rapport chaque année.

http://www.huffpostmaghreb.com/2016/12/29/developpement-tic-algerie_n_13877830.html

Lire la suite Lire la suite

L’Algérie tend à se rapprocher du niveau de développement des Technologies de l’information et de communications de ses voisins marocains et tunisiens. Elle est classée par l’UIT dans la catégorie des pays dynamiques dans ce domaine, grâce l’avènement de l’Internet mobile.

L’Algérie a considérablement amélioré son classement dans le rapport de l’Union internationale des télécommunications (UIT) "Mesurer la société de l’information 2016", publié récemment, mais demeure toujours mal classée, en se plaçant à la 103ème place sur un total de 175 nations comparées. Le rapport de l’UIT qui constitue un recueil de données et des analyses les plus fiables, mesure le niveau global développement des TIC dans le monde à travers 11 indicateurs.

A l’échelle régionale, l’Algérie est au bas du classement en Afrique du Nord, la Libye étant exclue de l’évaluation pour l’édition 2016. C’est la Tunisie qui se place en leader régional ; 4ème en Afrique (95ème mondiale) derrière l’Ile Maurice (73ème mondial), les Seychelles (86ème) et l’Afrique du Sud (88ème). Le Maroc s’est offert la 2ème place en Afrique du Nord (5ème sur le continent et 95ème mondiale), suivi de l’Egypte (100ème mondiale).

L’Algérie figure néanmoins, pour la première fois depuis le lancement de ce baromètre par l’UIT en 2009, dans le top 10 africain, en se plaçant devant le Botswana (108ème) et le Ghana (112ème). Elle est d’ailleurs classée dans la catégorie des pays ayant accomplis des "progrès substantiels" en matière de développement TIC, en passant de la 113ème à la 103ème place mondiale.

Amélioration des indicateurs

Si les résultats montrent que la quasi-totalité des 175 pays couverts par l’Indice de développement des TIC (IDI) ont enregistré des progressions entre 2015 et 2016, quelques pays tirent leur épingle du jeu à l’image de l’Algérie qui a enregistré l’amélioration moyenne la plus importante de son IDI dans la région grâce à la pénétration de l’internet mobile. Sa valeur globale de l'IDI a augmenté de 0,66 points, contre 0,35 points pour le Maroc, 0,34 points pour la Tunisie.

La croissance des performances de l'IDI en Algérie a été stimulée par les améliorations des indicateurs de la proportion des internautes et des ménages à utiliser Internet et de la pénétration des abonnements au large bande mobile. Ce sont "ces développements" qui ont permis à l’Algérie de "progresser sur d'autres pays ayant des valeurs et des classements identiques de l'IDI en 2015", expliquent les auteurs du rapport.

Si le monde est de plus en plus connecté, le rapport de l’UIT révèle des inégalités socio-économiques qui ne cessent de se creuser. "Si l'on veut accroître le nombre de personnes connectées, il est important de s'efforcer de réduire les inégalités socio-économiques en général", a déclaré le Secrétaire général de l'UIT, Houlin Zhao. "Les niveaux d'instruction et de revenu sont des facteurs déterminants dans le fait que les personnes utilisent ou non l'Internet. Les TIC joueront un rôle de premier plan dans la
réalisation de chacun des 17 Objectifs de développement durable (ODD) et ce rapport contribue de façon essentielle au processus de réalisation de ces Objectifs. Le suivi des progrès passe nécessairement par une activité de mesure et l'élaboration de rapports; voilà pourquoi, chaque année, l'UIT rassemble des données et publie ce document majeur".

La Corée du Sud championne des TIC

Pour la deuxième année consécutive, la Corée du Sud arrive en tête du classement IDI. Le Top 10 de ce classement mondial comprend deux autres pays de la région Asie-Pacifique, en l’occurrence Hong Kong (6ème) et le Japon (10ème) et sept pays européens : l’Islande (2ème), le Danemark (3ème), la Suisse (4ème), le Royaume Uni (5ème), la Suède (7ème), les Pays Bas (8ème) et la Norvège (9ème).

Entre 2015 et 2016, "l'utilisation des TIC a davantage progressé que l'accès, et ce essentiellement du fait de la forte progression de l'adoption du large bande mobile partout dans le monde. Un nombre croissant de personnes, en particulier dans les pays en développement, ont pu ainsi entrer de plain‑pied dans la société de l'information et profiter des nombreux services et applications fournis via l'Internet", explique Brahima Sanou, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l'UIT qui élabore ce rapport chaque année.

http://www.huffpostmaghreb.com/2016/12/29/developpement-tic-algerie_n_13877830.html

Fermer Fermer


IDEO learning Algérie, en partenariat avec Emploitic.com & CEGOS, a organisé un forum sur le e-learning,  le mardi 08 novembre 2016 à l’Hôtel Sofitel d’Alger. Une occasion pour débattre autour de la digitalisation de la formation en entreprise : Comment mettre en place un projet e-learning? Quelles sont ses conditions de succès? Quel impact ? Tels étaient les sujets débattus lors de ce forum. Cette rencontre était aussi l’occasion de présenter IDEO Learning Algérie. Active depuis 2006 au Maroc et depuis 2014 en Algérie, IDEO Learning offre une large gamme de produits et services e-learning novateurs visant à améliorer les compétences et la productivité des collaborateurs.

Organisée par trois leaders des solutions RH, cette rencontre s’est concentrée autour de la digitalisation de la formation ou e-learning, une modalité devenant de plus en plus incontournable à l’ère de la transformation digitale progressive de l’ensemble des métiers de l’entreprise.

Le forum a permis de présenter de manière vulgarisée les principales composantes d’un dispositif e-learning et les clés pour réussir son implémentation en entreprise. Il a aussi permis de répondre à certains questionnements relatifs notamment à la motivation et à l’accompagnement des collaborateurs, tout en donnant la parole à des entreprises algériennes ayant réussi la mise en œuvre de projets de digitalisation de la formation, ces toutes dernières années.

Durant ce forum, Louai DJAFFER, Directeur Général d’Emploitic.com a dévoilé les résultats d’une enquête, élaborée par ses équipes, autour de la problématique de l’appréhension et l’appréciation des DRH du e-learning. Une enquête qui s’est étalée sur plusieurs mois et qui a touché un peu moins de 200 professionnels des ressources humaines répartis sur tout le territoire.

L’enquête a révélé que 75% des DRH participants connaissent déjà le e-learning et pensent que c’est le futur de la formation pour les entreprises mais en complémentarité avec de la formation présentielle, 25% ont déjà suivi une formation en ligne et 18% ont des projets e-learning en cours ; pour finir 22% ont un plan de formation en ligne prévu pour l’exercice 2017/2018.

Les spécialistes des ressources humaines interrogés mettent en exergue plusieurs avantages apportés par le e-learning pour la formation de leurs collaborateurs :flexibilité, adaptabilité, optimisation des coûts, déploiement rapide, interactivité et attractivité du contenu. Concernant ces résultats, Louai DJAFFER, nous dira : « Nous poursuivons après 10 ans nos efforts pour accompagner à notre niveau la transformation digitale de la fonction RH, après le e-Recrutement, il nous semblait tout à fait opportun de nous associer aux leaders dans le domaine du e-learning pour offrir aux entreprises et aux individus de nouvelles méthodes d’apprentissage ».Durant ce premier forum dédié à la digitalisation des formations, Pascal DEBORDES, Directeur à l’international de CEGOS Group, leader mondial de la formation multimodale, a mis en avant l’importance de la digitalisation de la formation, un axe majeur pour optimiser l’investissement formation de toute entreprise.

Debordes a expliqué les principales étapes devant conduire à l’intégration réussie de modalités digitales dans la formation, afin d’assurer une architecture et une articulation cohérente tout en respectant le contenu et les objectifs de la formation. , Selon lui, le marché algérien est promis à un bel avenir dans le domaine. Ainsi, en disposant de plusieurs modalités de formation, chaque entreprise algérienne aura la possibilité de faire monter en compétence ses collaborateurs de façon optimale et durable.

Oussama ESMILI, Directeur Associé IDEO Learning Maroc a exposé quant à lui à l’assistance constituée de DRH, de responsables de formation et de managers d’entreprises, les moyens de susciter et entretenir la motivation des apprenants en e-learning.

Selon M. Esmili, il s’agit là du principal challenge de tout dispositif de formation digitale. Œuvrant au Maroc depuis plus de 10 ans au service du e-learning, IDEO Learning a mis en œuvre un ensemble d’outils et de solutions technologiques pour aider les entreprises à optimiser leur investissement et atteindre des taux élevés de participation des collaborateurs. Cela passe notamment par des contenus innovants et adaptés à la population visée, par un accompagnement particulièrement rigoureux de chaque participant, une communication continue tout au long du projet et enfin une technologie fiable et légère. Selon M. Esmili, « à partir du moment où les problématiques technologiques sont progressivement réglées avec la 3G et récemment la 4G, le e-learning peut s’inscrire pleinement dans la révolution Digitale qui va transformer l’entreprise algérienne dans les 5 prochaines années ». Enfin, un panel de responsables de formation en entreprises, ayant déjà opté pour le e-learning ont fait un retour d’expérience d’entreprises algériennes dans l’implémentation de la conduite de projet e-learning.

Algerie Focus

http://www.algerie-focus.com/2016/11/enquete-devoile-expliquepourquoi-e-learning-futur-de-formation-algerie/

Lire la suite Lire la suite

IDEO learning Algérie, en partenariat avec Emploitic.com & CEGOS, a organisé un forum sur le e-learning,  le mardi 08 novembre 2016 à l’Hôtel Sofitel d’Alger. Une occasion pour débattre autour de la digitalisation de la formation en entreprise : Comment mettre en place un projet e-learning? Quelles sont ses conditions de succès? Quel impact ? Tels étaient les sujets débattus lors de ce forum. Cette rencontre était aussi l’occasion de présenter IDEO Learning Algérie. Active depuis 2006 au Maroc et depuis 2014 en Algérie, IDEO Learning offre une large gamme de produits et services e-learning novateurs visant à améliorer les compétences et la productivité des collaborateurs.

Organisée par trois leaders des solutions RH, cette rencontre s’est concentrée autour de la digitalisation de la formation ou e-learning, une modalité devenant de plus en plus incontournable à l’ère de la transformation digitale progressive de l’ensemble des métiers de l’entreprise.

Le forum a permis de présenter de manière vulgarisée les principales composantes d’un dispositif e-learning et les clés pour réussir son implémentation en entreprise. Il a aussi permis de répondre à certains questionnements relatifs notamment à la motivation et à l’accompagnement des collaborateurs, tout en donnant la parole à des entreprises algériennes ayant réussi la mise en œuvre de projets de digitalisation de la formation, ces toutes dernières années.

Durant ce forum, Louai DJAFFER, Directeur Général d’Emploitic.com a dévoilé les résultats d’une enquête, élaborée par ses équipes, autour de la problématique de l’appréhension et l’appréciation des DRH du e-learning. Une enquête qui s’est étalée sur plusieurs mois et qui a touché un peu moins de 200 professionnels des ressources humaines répartis sur tout le territoire.

L’enquête a révélé que 75% des DRH participants connaissent déjà le e-learning et pensent que c’est le futur de la formation pour les entreprises mais en complémentarité avec de la formation présentielle, 25% ont déjà suivi une formation en ligne et 18% ont des projets e-learning en cours ; pour finir 22% ont un plan de formation en ligne prévu pour l’exercice 2017/2018.

Les spécialistes des ressources humaines interrogés mettent en exergue plusieurs avantages apportés par le e-learning pour la formation de leurs collaborateurs :flexibilité, adaptabilité, optimisation des coûts, déploiement rapide, interactivité et attractivité du contenu. Concernant ces résultats, Louai DJAFFER, nous dira : « Nous poursuivons après 10 ans nos efforts pour accompagner à notre niveau la transformation digitale de la fonction RH, après le e-Recrutement, il nous semblait tout à fait opportun de nous associer aux leaders dans le domaine du e-learning pour offrir aux entreprises et aux individus de nouvelles méthodes d’apprentissage ».Durant ce premier forum dédié à la digitalisation des formations, Pascal DEBORDES, Directeur à l’international de CEGOS Group, leader mondial de la formation multimodale, a mis en avant l’importance de la digitalisation de la formation, un axe majeur pour optimiser l’investissement formation de toute entreprise.

Debordes a expliqué les principales étapes devant conduire à l’intégration réussie de modalités digitales dans la formation, afin d’assurer une architecture et une articulation cohérente tout en respectant le contenu et les objectifs de la formation. , Selon lui, le marché algérien est promis à un bel avenir dans le domaine. Ainsi, en disposant de plusieurs modalités de formation, chaque entreprise algérienne aura la possibilité de faire monter en compétence ses collaborateurs de façon optimale et durable.

Oussama ESMILI, Directeur Associé IDEO Learning Maroc a exposé quant à lui à l’assistance constituée de DRH, de responsables de formation et de managers d’entreprises, les moyens de susciter et entretenir la motivation des apprenants en e-learning.

Selon M. Esmili, il s’agit là du principal challenge de tout dispositif de formation digitale. Œuvrant au Maroc depuis plus de 10 ans au service du e-learning, IDEO Learning a mis en œuvre un ensemble d’outils et de solutions technologiques pour aider les entreprises à optimiser leur investissement et atteindre des taux élevés de participation des collaborateurs. Cela passe notamment par des contenus innovants et adaptés à la population visée, par un accompagnement particulièrement rigoureux de chaque participant, une communication continue tout au long du projet et enfin une technologie fiable et légère. Selon M. Esmili, « à partir du moment où les problématiques technologiques sont progressivement réglées avec la 3G et récemment la 4G, le e-learning peut s’inscrire pleinement dans la révolution Digitale qui va transformer l’entreprise algérienne dans les 5 prochaines années ». Enfin, un panel de responsables de formation en entreprises, ayant déjà opté pour le e-learning ont fait un retour d’expérience d’entreprises algériennes dans l’implémentation de la conduite de projet e-learning.

Algerie Focus

http://www.algerie-focus.com/2016/11/enquete-devoile-expliquepourquoi-e-learning-futur-de-formation-algerie/

Fermer Fermer


Classement PISA de la qualité de l'enseignement - le 31/12/2016 - 12:06 par Djoudi

Classement PISA

Le programme PISA, plus souvent appelé "classement PISA", doit son acronyme à "Program for International Student Assessment", soit "Programme international pour le suivi des acquis des élèves". Cet ensemble d'études réalisées par l'OCDE, l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques, est conçu pour mesurer les performances des systèmes éducatifs au sein des pays, de manière standardisée et à grande échelle. L'enquête est publiée tous les trois ans après avoir été menée auprès de dizaines de milliers adolescents de 15 ans. Elle est réalisée dans les 34 pays membres de l'OCDE, mais aussi dans un grand nombre de pays partenaires. La première enquête PISA date de 2001.
Plus concrètement, PISA mesure les connaissances et compétences acquises de jeunes des quatre coins de la planètes et la performance des systèmes éducatifs des pays tel que l'entend l'OCDE. Avec pour slogan : "Ce que les élèves de 15 ans savent et ce qu'ils peuvent faire avec ce qu'ils savent". 

  • Voici le dernier classement en date, publié en 2016, à partir des données recueillies en 2015. La France est arrivée à la 26e place sur 70 :
Pays Score en sciences Score en compréhension de l'écrit Score en mathématiques
1 Singapour 556 535 564
2 Japon 538 516 532
3 Estonie 534 519 520
4 Taipei chinois 532 497 542
5 Finlande 531 526 511
6 Macao (Chine) 529 509 544
7 Canada 528 527 516
8 Viet Nam 525 487 495
9 Hong-Kong (Chine) 523 527 548
10 P-S-J-G (Chine) 518 494 531
11 Corée 516 517 524
12 Nouvelle-Zélande 513 509 495
12 ex. Slovénie 513 505 510
14 Australie 510 503 494
15 Royaume-Uni 509 498 492
15 ex. Allemagne 509 509 506
15 ex. Pays-Bas 509 503 512
18 Suisse 506 492 521
19 Irlande 503 521 504
20 Belgique 502 499 507
20 ex. Danemark 502 500 511
22 Pologne 501 506 504
22 ex. Portugal 501 498 492
24 Norvège 498 513 502
25 États-Unis 496 497 470
26 Autriche 495 485 497
26ex. France 495 499 493
28 Suède 493 500 494
28 ex. République tchèque 493 487 492
28 ex. Espagne 493 496 486
31 Lettonie 490 488 482
32 Russie 487 495 494
33 Luxembourg 483 481 486
34 Italie 481 485 490
35 Hongrie 477 470 477
36 Lituanie 475 472 478
36 ex. Croatie 475 487 464
36 ex. CABA (Argentine) 475 475 456
39 Islande 473 482 488
40 Israël 467 479 470
41 Malte 465 447 479
42 République slovaque 461 453 475
43 Grèce 455 467 454
44 Chili 447 459 423
45 Bulgarie 446 432 441
46 Émirats arabes unis 437 434 427
47 Uruguay 435 437 418
47 ex. Roumanie 435 434 444
49 Chypre1 433 443 437
50 Moldavie 428 416 420
51 Albanie 427 405 413
52 Turquie 425 428 420
52 ex. Trinité-et-Tobago 425 427 417
54 Thaïlande 421 409 415
55 Costa Rica 420 427 400
56 Qatar 418 402 402
57 Colombie 416 425 390
57 ex. Mexique 416 423 408
59 Monténégro 411 427 418
59 ex. Géorgie 411 401 404
61 Jordanie 409 408 380
62 Indonésie 403 397 386
63 Brésil 401 407 377
64 Pérou 397 398 387
65 Liban 386 347 396
65 ex. Tunisie 386 361 367
67 ERYM 384 352 371
68 Kosovo 378 347 362
69 Algérie 376 350 360
70 République dominicaine 332 358 328
  • PISA 2015 fournit des résultats récoltés auprès de 540 000 élèves de 15 ans au sein de 72 pays de l'OCDE et pays partenaires non-membres de l'OCDE. Un panel qui est jugé représentatif des 29 millions d'élèves de cet âge scolarisés dans ces 72 pays et économies.
  • Le classement ci-dessus est reproduit tel que le présente l'étude PISA. Il est basé sur les points acquis en sciences, le "domaine majeur" de l'étude (première colonne).

L'enquête PISA n'est pas la seule enquête éducative à donner lieu à un classement (à ce sujet, voir notre classement des lycées ou encore le célèbre classement de Shanghai spécial universités). Mais relayée par des médias du monde entier et résultat de tests à grande échelle sur le terrain, elle conserve un impact fort depuis sa création il y a bientôt 20 ans. Ses conclusions sont intensément reprises par la presse nationale, qui n'hésite pas à qualifier les participants mal classés de "cancres" ou à suspecter leurs élèves d'être "des imbéciles". Le classement des pays participants retient aussi l'attention d'enseignants ou spécialistes de l'éducation, partagés entre son utilité et ses potentielles dérives. La part très importante accordée aux sciences dans le classement est par exemple critiquée. Pour autant, la plupart sont au moins d'accord pour reconnaître les effets bénéfiques de l'exposition médiatique du classement PISA : elle incite pouvoirs et opinions publiques à regarder de plus près le fonctionnement de leurs systèmes éducatifs. Et à se poser la question de leur efficacité. : 

Source
Axelle Choffat, Mis à jour le 13/12/16 11:20
http://www.linternaute.com/actualite/education/1310839-pisa-le-classement-2016-devoile-la-france-retrogradee/

Lire la suite Lire la suite

Classement PISA

Le programme PISA, plus souvent appelé "classement PISA", doit son acronyme à "Program for International Student Assessment", soit "Programme international pour le suivi des acquis des élèves". Cet ensemble d'études réalisées par l'OCDE, l'Organisation de Coopération et de Développement Économiques, est conçu pour mesurer les performances des systèmes éducatifs au sein des pays, de manière standardisée et à grande échelle. L'enquête est publiée tous les trois ans après avoir été menée auprès de dizaines de milliers adolescents de 15 ans. Elle est réalisée dans les 34 pays membres de l'OCDE, mais aussi dans un grand nombre de pays partenaires. La première enquête PISA date de 2001.
Plus concrètement, PISA mesure les connaissances et compétences acquises de jeunes des quatre coins de la planètes et la performance des systèmes éducatifs des pays tel que l'entend l'OCDE. Avec pour slogan : "Ce que les élèves de 15 ans savent et ce qu'ils peuvent faire avec ce qu'ils savent". 

  • Voici le dernier classement en date, publié en 2016, à partir des données recueillies en 2015. La France est arrivée à la 26e place sur 70 :
Pays Score en sciences Score en compréhension de l'écrit Score en mathématiques
1 Singapour 556 535 564
2 Japon 538 516 532
3 Estonie 534 519 520
4 Taipei chinois 532 497 542
5 Finlande 531 526 511
6 Macao (Chine) 529 509 544
7 Canada 528 527 516
8 Viet Nam 525 487 495
9 Hong-Kong (Chine) 523 527 548
10 P-S-J-G (Chine) 518 494 531
11 Corée 516 517 524
12 Nouvelle-Zélande 513 509 495
12 ex. Slovénie 513 505 510
14 Australie 510 503 494
15 Royaume-Uni 509 498 492
15 ex. Allemagne 509 509 506
15 ex. Pays-Bas 509 503 512
18 Suisse 506 492 521
19 Irlande 503 521 504
20 Belgique 502 499 507
20 ex. Danemark 502 500 511
22 Pologne 501 506 504
22 ex. Portugal 501 498 492
24 Norvège 498 513 502
25 États-Unis 496 497 470
26 Autriche 495 485 497
26ex. France 495 499 493
28 Suède 493 500 494
28 ex. République tchèque 493 487 492
28 ex. Espagne 493 496 486
31 Lettonie 490 488 482
32 Russie 487 495 494
33 Luxembourg 483 481 486
34 Italie 481 485 490
35 Hongrie 477 470 477
36 Lituanie 475 472 478
36 ex. Croatie 475 487 464
36 ex. CABA (Argentine) 475 475 456
39 Islande 473 482 488
40 Israël 467 479 470
41 Malte 465 447 479
42 République slovaque 461 453 475
43 Grèce 455 467 454
44 Chili 447 459 423
45 Bulgarie 446 432 441
46 Émirats arabes unis 437 434 427
47 Uruguay 435 437 418
47 ex. Roumanie 435 434 444
49 Chypre1 433 443 437
50 Moldavie 428 416 420
51 Albanie 427 405 413
52 Turquie 425 428 420
52 ex. Trinité-et-Tobago 425 427 417
54 Thaïlande 421 409 415
55 Costa Rica 420 427 400
56 Qatar 418 402 402
57 Colombie 416 425 390
57 ex. Mexique 416 423 408
59 Monténégro 411 427 418
59 ex. Géorgie 411 401 404
61 Jordanie 409 408 380
62 Indonésie 403 397 386
63 Brésil 401 407 377
64 Pérou 397 398 387
65 Liban 386 347 396
65 ex. Tunisie 386 361 367
67 ERYM 384 352 371
68 Kosovo 378 347 362
69 Algérie 376 350 360
70 République dominicaine 332 358 328
  • PISA 2015 fournit des résultats récoltés auprès de 540 000 élèves de 15 ans au sein de 72 pays de l'OCDE et pays partenaires non-membres de l'OCDE. Un panel qui est jugé représentatif des 29 millions d'élèves de cet âge scolarisés dans ces 72 pays et économies.
  • Le classement ci-dessus est reproduit tel que le présente l'étude PISA. Il est basé sur les points acquis en sciences, le "domaine majeur" de l'étude (première colonne).

L'enquête PISA n'est pas la seule enquête éducative à donner lieu à un classement (à ce sujet, voir notre classement des lycées ou encore le célèbre classement de Shanghai spécial universités). Mais relayée par des médias du monde entier et résultat de tests à grande échelle sur le terrain, elle conserve un impact fort depuis sa création il y a bientôt 20 ans. Ses conclusions sont intensément reprises par la presse nationale, qui n'hésite pas à qualifier les participants mal classés de "cancres" ou à suspecter leurs élèves d'être "des imbéciles". Le classement des pays participants retient aussi l'attention d'enseignants ou spécialistes de l'éducation, partagés entre son utilité et ses potentielles dérives. La part très importante accordée aux sciences dans le classement est par exemple critiquée. Pour autant, la plupart sont au moins d'accord pour reconnaître les effets bénéfiques de l'exposition médiatique du classement PISA : elle incite pouvoirs et opinions publiques à regarder de plus près le fonctionnement de leurs systèmes éducatifs. Et à se poser la question de leur efficacité. : 

Source
Axelle Choffat, Mis à jour le 13/12/16 11:20
http://www.linternaute.com/actualite/education/1310839-pisa-le-classement-2016-devoile-la-france-retrogradee/

Fermer Fermer


Catégorisation des revues scientifiques - le 21/12/2016 - 22:04 par Djoudi

Catégorie exceptionnelle : les revues «  Nature  » et «  Science  » qui permettent

aux  chercheurs  qui  ont  publié  dans  ces  deux  revues  d'admettre  â  candidature

l'établissement  dont  ils  relèvent,  c'est-à-dire  d'être  dans  l'échantillon  pour  le classement de Shanghai.

Catégorie A+: Les revues (articles) scientifiques  indexées dans le Web of Science

(WOS) de Thomson Reuters (avec Impact Factor) qui se trouvent dans le Top 10% des micro-domaines.

Liste des revues A+  

Catégorie A : Les revues (articles) scientifiques indexées dans le Web of Science

(WOS) de Thomson Reuters. C'est la catégorie  minimale qui permet la visibilité des institutions.

Liste des revues Web of Science (WOS) de Thomson Reuters

Pour ces trois premières (03) catégories, il s’agit de la liste du JCR (Journal Citation Report) de Thomson Reuters

Catégorie B : Elles proviennent de bases sélectives telles que (liste non  exhaustive,   vous êtes invités à communiquer d’autres listes à la DGRSDT) :

Bases sélectives

Téléchargement

1

Liste « All databases » de Thomson Reuters (Medline, INSPEC, Biosis...etc),

 

2

Liste de SCOPUS

 

3

(حوليات أثرية عربية - سورية) Les annales archéologiques Arabes-Syriennes

4

Liste de DE GRUYTER

5

Liste actualisée de l'AERES,

 

6

Liste actualisée d'European Reference lndex for the Humanities (ERİ H)

 

7

Liste des revues scientifiques ABDC (Australian Business Deans Council)

 

8

Liste des revues scientifiques CNRS

 

9

Liste des revues scientifiques du Journal Quality List

 

10

Liste des revues scientifiques Financial Times

 

Catégorie C : Les revues (articles) qui répondent à  des critères suivants :

  • La revue doit avoir au moins deux ans d’existence et doit être non payante (les auteurs ne payent pas pour publier).
  • La revue doit disposer d’une version électronique, tous les articles complets sont téléchargeables séparément ainsi que le numéro en entier vérifiant tous les critères ci-dessous.
  • La revue doit disposer d’un ISSN.
  • Déclarer la périodicité de la régularité de parution de la revue.
  • Présenter les domaines scientifiques couverts par la revue dans les pages de présentation.
  • Disposer d’un éditeur en chef et d’un comité éditorial international.
  • L’éditeur et le lieu de l’édition doivent apparaitre dans les pages de présentation de la revue.
  • Les noms et l’affiliation institutionnelle de l’éditeur en chef et des membres du comité éditorial doivent apparaitre dans les pages de présentation de la revue.
  • Disposer des adresses postales et électroniques du secrétariat et les mentionner dans les pages de présentation.
  • Le titre complet, le logo bibliographique, l’ISSN, le dépôt légal, le volume, le numéro, et la date doivent apparaitre dans les pages de présentation.
  • Disposer d’une feuille de style (sous format DOC et/ou TEX et/ou LATEX, etc.…) et qui doit présenter des instructions aux auteurs.
  • Indiquer la procédure de soumission.
  • Disposer d’une table des matières de chaque numéro édité indiquant le titre des articles, les auteurs et les pages initiales.
  • Chaque article de la revue doit inclure l’affiliation institutionnelle des auteurs, la date de réception, la date de révision éventuelle, la date d’acceptation, le(s) résumé(s), les mots clés.
  • Au moins deux référés sont requis pour l’expertise de chaque article.
  • La revue doit mentionner et solliciter l’originalité des travaux dans la présentation des instructions aux auteurs.

 

Catégorie D: Les revues sans comité de lecture ou les prépublications enregistrées dans les bibliothèques avec des abstracts accessibles sur le net dans les deux cas.

 

Catégorie E: Les revues ou ouvrages de vulgarisation. (Editeurs internationaux).

Lire la suite Lire la suite

Catégorie exceptionnelle : les revues «  Nature  » et «  Science  » qui permettent

aux  chercheurs  qui  ont  publié  dans  ces  deux  revues  d'admettre  â  candidature

l'établissement  dont  ils  relèvent,  c'est-à-dire  d'être  dans  l'échantillon  pour  le classement de Shanghai.

Catégorie A+: Les revues (articles) scientifiques  indexées dans le Web of Science

(WOS) de Thomson Reuters (avec Impact Factor) qui se trouvent dans le Top 10% des micro-domaines.

Liste des revues A+  

Catégorie A : Les revues (articles) scientifiques indexées dans le Web of Science

(WOS) de Thomson Reuters. C'est la catégorie  minimale qui permet la visibilité des institutions.

Liste des revues Web of Science (WOS) de Thomson Reuters

Pour ces trois premières (03) catégories, il s’agit de la liste du JCR (Journal Citation Report) de Thomson Reuters

Catégorie B : Elles proviennent de bases sélectives telles que (liste non  exhaustive,   vous êtes invités à communiquer d’autres listes à la DGRSDT) :

Bases sélectives

Téléchargement

1

Liste « All databases » de Thomson Reuters (Medline, INSPEC, Biosis...etc),

 

2

Liste de SCOPUS

 

3

(حوليات أثرية عربية - سورية) Les annales archéologiques Arabes-Syriennes

4

Liste de DE GRUYTER

5

Liste actualisée de l'AERES,

 

6

Liste actualisée d'European Reference lndex for the Humanities (ERİ H)

 

7

Liste des revues scientifiques ABDC (Australian Business Deans Council)

 

8

Liste des revues scientifiques CNRS

 

9

Liste des revues scientifiques du Journal Quality List

 

10

Liste des revues scientifiques Financial Times

 

Catégorie C : Les revues (articles) qui répondent à  des critères suivants :

  • La revue doit avoir au moins deux ans d’existence et doit être non payante (les auteurs ne payent pas pour publier).
  • La revue doit disposer d’une version électronique, tous les articles complets sont téléchargeables séparément ainsi que le numéro en entier vérifiant tous les critères ci-dessous.
  • La revue doit disposer d’un ISSN.
  • Déclarer la périodicité de la régularité de parution de la revue.
  • Présenter les domaines scientifiques couverts par la revue dans les pages de présentation.
  • Disposer d’un éditeur en chef et d’un comité éditorial international.
  • L’éditeur et le lieu de l’édition doivent apparaitre dans les pages de présentation de la revue.
  • Les noms et l’affiliation institutionnelle de l’éditeur en chef et des membres du comité éditorial doivent apparaitre dans les pages de présentation de la revue.
  • Disposer des adresses postales et électroniques du secrétariat et les mentionner dans les pages de présentation.
  • Le titre complet, le logo bibliographique, l’ISSN, le dépôt légal, le volume, le numéro, et la date doivent apparaitre dans les pages de présentation.
  • Disposer d’une feuille de style (sous format DOC et/ou TEX et/ou LATEX, etc.…) et qui doit présenter des instructions aux auteurs.
  • Indiquer la procédure de soumission.
  • Disposer d’une table des matières de chaque numéro édité indiquant le titre des articles, les auteurs et les pages initiales.
  • Chaque article de la revue doit inclure l’affiliation institutionnelle des auteurs, la date de réception, la date de révision éventuelle, la date d’acceptation, le(s) résumé(s), les mots clés.
  • Au moins deux référés sont requis pour l’expertise de chaque article.
  • La revue doit mentionner et solliciter l’originalité des travaux dans la présentation des instructions aux auteurs.

 

Catégorie D: Les revues sans comité de lecture ou les prépublications enregistrées dans les bibliothèques avec des abstracts accessibles sur le net dans les deux cas.

 

Catégorie E: Les revues ou ouvrages de vulgarisation. (Editeurs internationaux).

Fermer Fermer


لسنة 2016 أفضل 20 جامعة جزائرية حسب تصنيف    

احتلت جامعة أبوبكر بلقايد بتلمسان، صدارة الجامعات الجزائرية وفق تصنيف منظمة TFE Times العالمية لتصنيف الجامعات الجزائرية (02/10/2016).

نشرت المنظمة نتائج أفضل 64 جامعة جزائرية، حيث احتلت المركز الثاني جامعة العلوم و التكنولوجيا هواري بومدين بالجزائر العاصمة.

تلتها جامعة محمد خيضر -بسكرة- في المركز الثالث وجامعة فرحات عباس -سطيف-  في المركز الرابع.

وفيما يلي ترتيب أفضل 20  جامعة جزائرية :

الرقم

الجامعة

الولاية

1

جامعة أبو بكر بلقايد

تلمسان

2

جامعة العلوم و التكنولوجيا هواري بومدين

الجزائر العاصمة

3

جامعة محمد خيضر

بسكرة

4

جامعة فرحات عباس

سطيف

5

جامعة قاصدي مرباح

ورقلة

6

جامعة الحاج لخضر

باتنة

7

جامعة الاخوة منتوري

قسنطينة

8

جامعة حسيبة بن بوعلي

شلف

9

جامعة الجزائر 1

الجزائر العاصمة

10

جامعة عبد الرحمن ميرة

بجاية

11

جامعة عبد الحميد بن باديس

مستغانم

12

جامعة محمد بوضياف

مسيلة

13

جامعة مولود معمري

تيزي وزو

14

جامعة باجي مختار

عنابة

15

جامعة جيلالي اليابس

سيدي بلعباس

16

جامعة العلوم و التكنولوجيا

وهران

17

جامعة محمد صديق بن يحي

جيجل

18

جامعة 8 ماي 1945

قالمة

19

جامعة الدكتور مولاي الطاهر

سعيدة

20

جامعة سعد دحلب

بليدة

لمزيد من التفاصيل يرجى زيارة صفحة “أفضل الجامعات الجزائرية” على موقع المنظمة : الرابط 

Lire la suite Lire la suite

لسنة 2016 أفضل 20 جامعة جزائرية حسب تصنيف    

احتلت جامعة أبوبكر بلقايد بتلمسان، صدارة الجامعات الجزائرية وفق تصنيف منظمة TFE Times العالمية لتصنيف الجامعات الجزائرية (02/10/2016).

نشرت المنظمة نتائج أفضل 64 جامعة جزائرية، حيث احتلت المركز الثاني جامعة العلوم و التكنولوجيا هواري بومدين بالجزائر العاصمة.

تلتها جامعة محمد خيضر -بسكرة- في المركز الثالث وجامعة فرحات عباس -سطيف-  في المركز الرابع.

وفيما يلي ترتيب أفضل 20  جامعة جزائرية :

الرقم

الجامعة

الولاية

1

جامعة أبو بكر بلقايد

تلمسان

2

جامعة العلوم و التكنولوجيا هواري بومدين

الجزائر العاصمة

3

جامعة محمد خيضر

بسكرة

4

جامعة فرحات عباس

سطيف

5

جامعة قاصدي مرباح

ورقلة

6

جامعة الحاج لخضر

باتنة

7

جامعة الاخوة منتوري

قسنطينة

8

جامعة حسيبة بن بوعلي

شلف

9

جامعة الجزائر 1

الجزائر العاصمة

10

جامعة عبد الرحمن ميرة

بجاية

11

جامعة عبد الحميد بن باديس

مستغانم

12

جامعة محمد بوضياف

مسيلة

13

جامعة مولود معمري

تيزي وزو

14

جامعة باجي مختار

عنابة

15

جامعة جيلالي اليابس

سيدي بلعباس

16

جامعة العلوم و التكنولوجيا

وهران

17

جامعة محمد صديق بن يحي

جيجل

18

جامعة 8 ماي 1945

قالمة

19

جامعة الدكتور مولاي الطاهر

سعيدة

20

جامعة سعد دحلب

بليدة

لمزيد من التفاصيل يرجى زيارة صفحة “أفضل الجامعات الجزائرية” على موقع المنظمة : الرابط 

Fermer Fermer


Le classement mondial des universités (World University Rankings 2016-2017) publié hier classe un seul établissement universitaire algérien parmi les 1000 premières universités du monde.

Il s'agit de l'université Abou Bakr Belkaïd de Tlemcen. Cette dernière n'a toutefois réussi à se classer que 955 e rang. Un classement qui lui permet d'être parmis les 26 universités arabes figurant au classement 2017.

Beaucoup de travail reste à faire aux Algériens qui ambitionnaient en 2011 à figurer dans le top 500 des meilleurs universités au Monde.

La première université arabe à apparaître dans ce classement est celle du Roi Abdelaziz qui a encore gagné des places cette années pour figurer parmi les 220 premières universités dans le monde.

25 autres universités arabes y figurent dont deux tunisiennes et trois marocains. L'Egypte, elle, compte 8 universités figurants dans ce classement.

Le classement 2017 apporte une grande surprise toutefois. Pour la première fois depuis très longtemps, la première université n'est pas américaine. Cette année c'est la prestigieuse université britannique, Oxford, qui trône au sommet du classement. La suprématie anglo-saxone reste scrupuleusement respectée.

Source : http://www.huffpostmaghreb.com/2016/11/06/top-1000-des-universites-mondiales-luniversite-abou-bakr-belkaid-se-fait-une-petite-place_n_12828584.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000008

Lire la suite Lire la suite

Le classement mondial des universités (World University Rankings 2016-2017) publié hier classe un seul établissement universitaire algérien parmi les 1000 premières universités du monde.

Il s'agit de l'université Abou Bakr Belkaïd de Tlemcen. Cette dernière n'a toutefois réussi à se classer que 955 e rang. Un classement qui lui permet d'être parmis les 26 universités arabes figurant au classement 2017.

Beaucoup de travail reste à faire aux Algériens qui ambitionnaient en 2011 à figurer dans le top 500 des meilleurs universités au Monde.

La première université arabe à apparaître dans ce classement est celle du Roi Abdelaziz qui a encore gagné des places cette années pour figurer parmi les 220 premières universités dans le monde.

25 autres universités arabes y figurent dont deux tunisiennes et trois marocains. L'Egypte, elle, compte 8 universités figurants dans ce classement.

Le classement 2017 apporte une grande surprise toutefois. Pour la première fois depuis très longtemps, la première université n'est pas américaine. Cette année c'est la prestigieuse université britannique, Oxford, qui trône au sommet du classement. La suprématie anglo-saxone reste scrupuleusement respectée.

Source : http://www.huffpostmaghreb.com/2016/11/06/top-1000-des-universites-mondiales-luniversite-abou-bakr-belkaid-se-fait-une-petite-place_n_12828584.html?ncid=fcbklnkfrhpmg00000008

Fermer Fermer


إخضاع جميع الأساتذة الجدد للتكوين ومراقبة أدائهم البيداغوجي

قررت مصالح وزارة التعليم العالي والبحث العلمي، إخضاع جميع الأساتذة الجدد للتكوين ولتقييم صارم مع مراقبة أدائهم البيداغوجي خلال الأشهر الأولى من توظيفهم، وستتولى لجنة وطنية تم إنشاؤها مؤخرا مهمة المتابعة البيداغوجية للأستاذ الباحث، في إطار برنامج تكوين يهدف إلى تكييفهم وفق البرامج الدراسية المحددة من قبل الوزارة.

وأفرجت الوزارة عن قرار جديد ينظم المرافقة البيداغوجية للأستاذ حديث التوظيف لتمكينه من اكتساب المعارف، لا سيما المتعلقة بالتنظيمات التشريعية المعمول بها في المؤسسات الجامعية والمناهج العلمية من أجل التطوير المهني للأساتذة الباحثين في المرحلة القادمة وقرر الوزير حجار بموجب هدا القرار، إخضاع الأساتذة الجدد إلى تكوين لمراقبة مدى تنفيذهم للبرامج الدراسية.

وحددت الوزارة الوصية من خلال هذا القرار الذي يحمل رقم 1636 المؤرخ في 29 أكتوبر 2016 ، المتضمن إنشاء لجنة وطنية للإشراف ومتابعة تنفيذ برنامج المرافقة البيداغوجية لفائدة الأستاذ الباحث، إلى كيفيات معالجة مشكل النقص في التكوين لدى الأساتذة الجامعيين خاصة الجدد، ومدى انعكاس ذلك، على تكوين الطلبة. علما أن القرار الذي تحوز "البلاد" نسخة منه والذي تم إرساله إلى مختلف المؤسسات الجامعية تضمن عشر مواد حددت مختلف الجوانب الواجب مراعاتها. كما تضمن قرار الوصاية إلزام الجامعات بتقييم أداء مسيريها وأساتذتها مع التحقيق في وجهة أموالها، بالنظر إلى "الاختلالات" المسجلة طيلة السنوات الماضية.

وتتكفل اللجنة بضمان السير الحسن لخلايا متابعة برنامج المرافقة البيداغوجية لفائدة الأستاذ الباحث حديث التوظيف والموضوعة لدى مؤسسات التعليم العالي، للسهر على تنظيم وتأطير ومرافقة الخلايا المكلفة بضمان ومتابعة البرنامج الوطني للتعليم البيداغوجي تماشيا ومبادئ اليقظة البيداغوجية، وتنسيق ومواءمة ومتابعة جميع الأنشطة المتعلقة بالتكوين البيداغوجي للأستاذ الباحث والتقييم الدوري لمنظومة التكوين المستمر للأستاذ الباحث وطالب الدكتوراه الموضوعة لدى مؤسسات التعليم العالي مع تشكيل شبكة وطنية للمكونين من أجل تشجيع عملية تبادل الخبرات في الموارد البشرية وإنشاء أرضية وطنية للتكوين البيداغوجي والاندماج في الشبكة الدولية للبيداغوجيا والاندماج أو تطوير أي نظام تكوين بيداغوجي ذي قيمة مضافة عالية للتعليم العالي.

وتتشكل اللجنة من ممثل عن الوزارة ورؤساء الندوات الجهوية للجامعات ومسؤولين من مختلف الهيئات التابعة للقطاع، إضافة إلى خبراء من القطاع، وتتوج أشغالها بمحاضر تدون في سجل مرقم ومؤشر عليه يوقعه رئيس اللجنة الوطنية ويوضع في أمانة اللجنة.

وكان وزير التعليم العالي، قد انتقد مؤخرا، أداء الأساتذة الجدد وكذا بعض المؤسسات الجامعية التي اتهمها بسوء التسيير على المستوى البيداغوجي وكذا المالي، حيث أمر بتنصيب لجنة اليقظة، لمرافقة عملية تكوين الأساتذة الجدد على مستوى كل مؤسسة جامعية، موازاة مع الشروع في التقييم الذاتي للمؤسسات الجامعية في إطار المرجعية.

http://www.elbilad.net/article/detail?id=62620

Lire la suite Lire la suite

إخضاع جميع الأساتذة الجدد للتكوين ومراقبة أدائهم البيداغوجي

قررت مصالح وزارة التعليم العالي والبحث العلمي، إخضاع جميع الأساتذة الجدد للتكوين ولتقييم صارم مع مراقبة أدائهم البيداغوجي خلال الأشهر الأولى من توظيفهم، وستتولى لجنة وطنية تم إنشاؤها مؤخرا مهمة المتابعة البيداغوجية للأستاذ الباحث، في إطار برنامج تكوين يهدف إلى تكييفهم وفق البرامج الدراسية المحددة من قبل الوزارة.

وأفرجت الوزارة عن قرار جديد ينظم المرافقة البيداغوجية للأستاذ حديث التوظيف لتمكينه من اكتساب المعارف، لا سيما المتعلقة بالتنظيمات التشريعية المعمول بها في المؤسسات الجامعية والمناهج العلمية من أجل التطوير المهني للأساتذة الباحثين في المرحلة القادمة وقرر الوزير حجار بموجب هدا القرار، إخضاع الأساتذة الجدد إلى تكوين لمراقبة مدى تنفيذهم للبرامج الدراسية.

وحددت الوزارة الوصية من خلال هذا القرار الذي يحمل رقم 1636 المؤرخ في 29 أكتوبر 2016 ، المتضمن إنشاء لجنة وطنية للإشراف ومتابعة تنفيذ برنامج المرافقة البيداغوجية لفائدة الأستاذ الباحث، إلى كيفيات معالجة مشكل النقص في التكوين لدى الأساتذة الجامعيين خاصة الجدد، ومدى انعكاس ذلك، على تكوين الطلبة. علما أن القرار الذي تحوز "البلاد" نسخة منه والذي تم إرساله إلى مختلف المؤسسات الجامعية تضمن عشر مواد حددت مختلف الجوانب الواجب مراعاتها. كما تضمن قرار الوصاية إلزام الجامعات بتقييم أداء مسيريها وأساتذتها مع التحقيق في وجهة أموالها، بالنظر إلى "الاختلالات" المسجلة طيلة السنوات الماضية.

وتتكفل اللجنة بضمان السير الحسن لخلايا متابعة برنامج المرافقة البيداغوجية لفائدة الأستاذ الباحث حديث التوظيف والموضوعة لدى مؤسسات التعليم العالي، للسهر على تنظيم وتأطير ومرافقة الخلايا المكلفة بضمان ومتابعة البرنامج الوطني للتعليم البيداغوجي تماشيا ومبادئ اليقظة البيداغوجية، وتنسيق ومواءمة ومتابعة جميع الأنشطة المتعلقة بالتكوين البيداغوجي للأستاذ الباحث والتقييم الدوري لمنظومة التكوين المستمر للأستاذ الباحث وطالب الدكتوراه الموضوعة لدى مؤسسات التعليم العالي مع تشكيل شبكة وطنية للمكونين من أجل تشجيع عملية تبادل الخبرات في الموارد البشرية وإنشاء أرضية وطنية للتكوين البيداغوجي والاندماج في الشبكة الدولية للبيداغوجيا والاندماج أو تطوير أي نظام تكوين بيداغوجي ذي قيمة مضافة عالية للتعليم العالي.

وتتشكل اللجنة من ممثل عن الوزارة ورؤساء الندوات الجهوية للجامعات ومسؤولين من مختلف الهيئات التابعة للقطاع، إضافة إلى خبراء من القطاع، وتتوج أشغالها بمحاضر تدون في سجل مرقم ومؤشر عليه يوقعه رئيس اللجنة الوطنية ويوضع في أمانة اللجنة.

وكان وزير التعليم العالي، قد انتقد مؤخرا، أداء الأساتذة الجدد وكذا بعض المؤسسات الجامعية التي اتهمها بسوء التسيير على المستوى البيداغوجي وكذا المالي، حيث أمر بتنصيب لجنة اليقظة، لمرافقة عملية تكوين الأساتذة الجدد على مستوى كل مؤسسة جامعية، موازاة مع الشروع في التقييم الذاتي للمؤسسات الجامعية في إطار المرجعية.

http://www.elbilad.net/article/detail?id=62620

Fermer Fermer


Températures du jour
Alger
Sétif
Oran
Constantine
Annaba
Sidi-Bel-Abbès
Batna
Tizi Ouzou
Béchar
Ouargla
In Amenas
Tindouf
Adrar
Prières à Alger

Newsletter
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Recopier le code :
475 Abonnés
Visites

 788279 visiteurs

 6 visiteurs en ligne

© Elabweb 2004-2019